Accueil
Poésie libre / Les dormeurs du mal
           
Poésie libre / Les dormeurs du mal
       
Poésie libre / Les dormeurs du mal

Signaler un contenu inaproprié.

Les dormeurs du mal
par Gonzague


par Reverbrol


C’était un soir d’été, dans la douceur des prés Quand le soleil est las, d’éclairer la journée Que le vent cesse de souffler dans les cyprès Je me sens libéré, d’un travail acharné Allongé de mon long, sur un tapis de fleurs D’herbes folles, que les derniers rayons me charment Caressent doucement, de leurs doigts cajoleurs Ma peau, je m’endors enfin, à l’ombre d’un charme Il est doux de rêver, de pouvoir s’évader De vider son esprit, des mauvaises pensées Je me revois enfant, heureux de gambader Dans les champs de blés et de cueillir des pensées Nostalgie ! Tu me tues, d’aimer, ces temps d’antan J’ai mal à l’âme, je veux fuir, tout oublier Car je t’en veux, à me rappeler ces instants De bonheur, pars ! Va-t’en ! Dois-je te supplier ? Pourquoi me faire souffrir ? Cruels souvenirs J’étais heureux et insouciant, j’aimais la vie Tout était beau et grand, j’avais un avenir Et un jour, plus que maudit, la mort m’a surpris Je suis l’inconnu, sur la stèle funéraire La guerre, ce n’était pas les flonflons du bal Tombé au champ d’honneur, à côté de mes frères Deux trous, côté droit, je suis le dormeur du val Il pleut des balles d’enfer, un crachat de mitraille Le temps est lourd, pesant, du fer dans les entrailles Je meurs et je ris ! A m’en faire mal ! Ciel bleu Un beau jour de guerre, pour périr sous le feu Ils étaient fiers, ces grands et beaux bataillons Marchant du même pas, à creuser des sillons L’ennemi ancestral, incarnait tout le mal Contre lui, on retrouvait, l’instinct animal Terrés dans des trous de rat, parmi les charognes TUEZ ! TUEZ ! S’entretuez, sale besogne Pourquoi ? Pourquoi ? Je vois la mort autour de moi Ces corps meurtris, tout ce sang versé, pourquoi ? Suis-je né pour cela, c’était ça mon destin A porter un fusil, marcher vers le chemin Qui me mène au tombeau, sauver la patrie Au prix de ma vie, quel mépris, quelle ironie Entendez-vous, résonner le son du clairon Annonçant la fin des combats, sur le perron De mairie, énoncer les noms des combattants Victoires, faits d’armes et leurs exploits éclatants Et dans les villages de France se dressent Près des vieux marchés, la stèle vengeresse Où sont inscrits les patronymes des héros Honneurs aux morts, à tous ceux tombés sans un mot Méditer braves gens, la guerre est folie Furie des humains, elle n’est jamais abolie Que ma mort vous serve, éviter ces horreurs Sauver vos vies et fuir les fureurs d’un führer Chaque nuit, de nouveau l’éternel cauchemar J’ai mal ! Si je pouvais, ne plus me souvenir Je pourrais m’endormir et larguer les amarres Evacuer de l’esprit, ces maux à bannir Je revis, je revois, je ressens et je meurs D’incessants tourments qui rongent les fondements De mes pensées, des humeurs, rumeurs et clameurs Carnaval de douleur, à crier d’hurlements Au matin, sur la peau, des sueurs de métal Dans la bouche, le goût amer, du temps passé A combattre dans les tranchées, un jeu brutal La mort autour de moi, la peur de trépasser Le feu des enfers, le fer brûlant de l’obus Eclatant, déchirant les chairs, mettant à nu Nos ancestrales torpeurs, toujours à l’affût Epiant l’ennemi, attendant sa venue Comment survivre, avoir vécu tant d’horreurs Rester indemne, je ne peux plus supporter Les réminiscences des combats, les frayeurs Des soldats à l’assaut, les corps déchiquetés Je porte les cendres de la guerre, relique D’un voyage vers l’abîme, vers le néant Où l’homme n’est plus humain, arme métallique Au service de la folie de mécréants !



Poème posté le 18/06/24 par Gonzague


Informations mp3 : Merci à Gonzague de m'avoir permis d'interpréter ce magnifique texte.J'espère être à la hauteur de votre écrit.

 Poète
Gonzague



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Interprète
Reverbrol



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'interprète (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.