Accueil Forum Inscription/connexion
Poésie d'hier / Meine Ruh' ist hin
Poésie d'hier / Meine Ruh' ist hin
Poésie d'hier / Meine Ruh' ist hin

Meine Ruh' ist hin
par Johann Wolfgang von GOETHE


Meine Ruh' ist hin, Mein Herz ist schwer, Ich finde sie nimmer Und nimmermehr. Wo ich ihn nicht hab Ist mir das Grab, Die ganze Welt Ist mir vergällt. Mein armer Kopf Ist mir verrückt, Mein armer Sinn Ist mir zerstückt. Meine Ruh' ist hin, Mein Herz ist schwer, Ich finde sie nimmer Und nimmermehr. Nach ihm nur schau ich Zum Fenster hinaus, Nach ihm nur geh ich Aus dem Haus. Sein hoher Gang, Sein' edle Gestalt, Seine Mundes Lächeln, Seiner Augen Gewalt, Und seiner Rede Zauberfluß, Sein Händedruck, Und ach, sein Kuß! Meine Ruh' ist hin, Mein Herz ist schwer, Ich finde sie nimmer Und nimmermehr. Mein Busen drängt sich Nach ihm hin. [Ach]1 dürft ich fassen Und halten ihn, Und küssen ihn, So wie ich wollt, An seinen Küssen Vergehen sollt! *** Une amoureuse flamme Une amoureuse flamme Consume mes beaux jours ; Ah ! la paix de mon âme A donc fui pour toujours ! Son départ, son absence Sont pour moi le cercueil ; Et loin de sa présence Tout me paraît en deuil. Alors, ma pauvre tête Se dérange bientôt ; Mon faible esprit s'arrête, Puis se glace aussitôt. Une amoureuse flamme Consume mes beaux jours ; Ah ! la paix de mon âme A donc fui pour toujours ! je suis à ma fenêtre, Ou dehors, tout le jour, C'est pour le voir paraître, Ou hâter son retour. Sa marche que j'admire, Son port si gracieux, Sa bouche au doux sourire, Le charme de ses yeux ; La voix enchanteresse Dont il sait m'embraser, De sa main la caresse, Hélas ! et son baiser... D'une amoureuse flamme Consumant mes beaux jours ; Ah ! la paix de mon âme A donc fui pour toujours ! Mon coeur bientôt se presse, Dès qu'il le sent venir ; Au gré de ma tendresse Puis-je le retenir ? Ô caresses de flamme ! Que je voudrais un jour Voir s'exhaler mon âme Dans ses baisers d'amour ! Traduction par Gérard Labrunie (1828) Plus connu sous son pseudonyme Gérard de Nerval (1808-1855)

Gretchen am Spinnrade -Marguerite au rouet- est un lied pour voix et piano, composé en 1814 par Franz Schubert, sur un poème de Johann Wolfgang von Goethe
extrait de \"Faust : une tragédie\" publié en 1808.


Poème posté le 02/02/15 par Rickways


 Poète
Johann Wolfgang von GOETHE



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.