Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie d'hier / IX Plaisir, je me prends à aimer
Poésie d'hier / IX Plaisir, je me prends à aimer
Poésie d'hier / IX Plaisir, je me prends à aimer

IX Plaisir, je me prends à aimer
par GUILLAUME IX


IX Mout jauzens me prenc en amar Mout jauzens me prenc en amar Un joy don plus mi vuelh aizir, E pus en joy vuelh revertir Ben dey, si puesc, al mielhs anar, Quar mielhs onra 'm, estiers cujar, Qu'om puesca vezer ni auzir. Ieu, so sabetz, no 'm dey gabar Ni de grans laus n 'm say formir, Mas si anc nulhs joys poc florir, Aquest deu sobre totz granar E part los autres esmerar, Si cum sol brus jorns esclarzir. Anc mais no poc hom faissonar Co's, en voler ni en dezir Ni en pensar ni en cossir; Aitals joys no pot par trobar, E qui be 'l volria lauzar D'un an no y poiri' avenir. Totz joys li deu humiliar, Et tota ricor obezir Mi dons, per son belh aculhir E per son belh plazent esguar; E deu hom mais cent ans durar Qui 'l joy de s'amor por sazir. Per son joy pot malautz sanar, E per sa ira sas morir E savis hom enfolezir E belhs hom sa beutat mudar E 'l plus cotres vilanejar Et totz vilas encortezir. ? Pus hom genzor no 'n pot trobar Ni huelhs vezer ni boca dir, A mos ops la vuelh retenir, Per lo cor dedins refrescar E per la carn renovellar, Que no pueca envellezir. Si 'm vol mi dons s'amor donar, Pres suy del penr' e del grazir E del celar e del blandir E de sos plazes dir e far E de sos pretz tener en car E de son laus enavantir? Ren per autruy non l'aus mandar, Tal paor ay qu'ades s'azir, Ni ieu mezeys, tan tem falhir, No l'aus m'amor fort assemblar; Mas elha 'm deu mo mielhs triar, Pus sap qu'ab lieys ai a guerir. IX Plaisir, je me prends à aimer Plaisir, je me prends à aimer, Je dois partir beau de ma joie, Je veux venir. Mais c'est pourquoi: Je vais aux mieux. Si, comme jamais, Je cherche. Je suis honoré, On ne m'écoute pas, l'on me voit. C'est ma coutume de me vanter. Ni par mes louanges, sais bien dire: Jamais aucune joie put fleurir D'un autre qui doit nous noter Un graine du coup à la clarté, Sous le soleil, les resplendir. L'homme n'a pas su le figurer, Ma joie ne vole aucun désir, La fantaisie fait mal sentir, Où ne pourra jamais trouver L'égalité pour la louer Et une année pour l'avenir. Toujours, ma joie doit s'humilier. Un noble cède, à ma riche feuille, Son pas. Selon le bon accueil, À tous gracieux ce regard plaît, Car il pourra la posséder, Vivre cent ans, être orgueil. Par sa colère, elle peut me tuer, À sa joie revenue, guérit. Son sage tombait, car il fleurit Et le plus beau perd sa beauté Que le courtois vilain goûtait L'opposition qui te sourit. Une plus belle n'est pas rencontrée Par nul œil, ma bouche veut la dire: Je tiens celle, à me rafraîchir... Au cœur, pour nous renouveler Que les années soient célébrées Du corps qu'il ne puisse pas vieillir. Si, bien, ma dame veut me donner L'amour, que je l'accepte. Rit, En savoir gré, car prêt je suis À courtiser et à parler. Façon à plaire, je t'apprécie Et ton mérite ne s'est pas loué. Et je n'ose pas lui l'envoyer, J'ai peur qu'irrite-t-elle par autrui, M'aime-t-elle? J’ai crainte de faillir L'amour me fait choisir, elle sait C'est le meilleur de tous mes traits, Où l'ordre lutte pour me guérir.

http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/GIX.htm La traduction poétique en français d'Alexander Kiriyatskiy

Poème posté le 17/11/15 par Rickways


 Poète
GUILLAUME IX



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.