Accueil
Poésie d'hier / VII - Nous voyons, de nouveau, fleurir
Poésie d'hier / VII - Nous voyons, de nouveau, fleurir
Poésie d'hier / VII - Nous voyons, de nouveau, fleurir

VII - Nous voyons, de nouveau, fleurir
par GUILLAUME IX


VII - Pus vezem de novelh florir Pus vezem de novelh florir Pratz e vergiers reverdezir, Rius e fontanas esclarzir, Auras e vens, Ben deu quascus lo joy jauzir Don es jauzens. D'Amor non dey dire mas be. Quar no n'ai ni petit ni re? Quar ben leu plus no m'en cove; Pero leunens Dona gran joy qui be'n mante Los aizimens. A totz jorns m'es pres enaissi Qu'anc d'àquo qu'àmiey no jauzi, Ni o faray ni anc no fi. Qu'az esciens Fas mantas res que 'l cor me di: Tot es niens." Per tal n'ai meyns de bon saber Quar vuelh so que no puesc aver, E si l reproviers me ditz ver Certanamens: "A bon coatge bon poder, Qui's ben suffrens." Ja no sera nuils hom ben fis Contr' Amor si non l'es aclis, Et als estranhs et als vezis Non es consens, Et a totz sels d'aicels aizis Obediens. Obediensa deu portar A motas gens qui vol amar, E coven li que sapcha far Faigz avinens, E que's gart en cort de parlar Vilanamens. Del vers vos dig que mais en vau Qui ben l'enten ni plus l'esgau, Que'l mot son fag tug per egau Comonalmens, E 'l sonet, qu'ieu mezei me 'n lau, Bos e valens. A Narbona, mas ieu no 'i vau Sia'l presens Mos vers, e vuelh que d'aquest lau' M sia guirens. Mon Esteve, mas ieu no 'i vau Sia'l presens Mos vers, e vuelh que d'aquest lau Sia guirens. VII - Nous voyons, de nouveau, fleurir Nous voyons, de nouveau, fleurir Votre verger des prés verdir Que les fontaines fassent le plaisir, Souffle le vent Que la joie lui soit départie Plus doucement. Dis bien d'Amour, et je le loue Pourquoi je n'ai ni peu ni prou? Car je le chante, cave le trou Que la belle joie Nous soit donné, plus aisément, L'être des lois. Toujours je la destine ainsi De ce que j'aime est-ce que je jouis? Je ne fais rien puisque je fis Comprendre très bien Que la conscience du cœur dit: "Qu'on n'attend rien." Je n'ai pas mes joies de savoir Que je n'ai nul amour chaque soir Le vrai proverbe me fait croire A toutes les chances, Au bon courage du beau pouvoir Des belles souffrances. Le serviteur soit plus parfait, Lorsque l'Amour lui se soumet Que le voisin comme l'étranger Ait la conscience Très attentive aux femmes aimées, Sans différences. Cette attention doit apporter Les mots des gens aux volontés Des cours qu'on sache, alors qu'on fait L'événement Que les vilains gardent, d'hurler, Les mots criants. Le vers chantait, celui en vaut Entend la mélodie des mots, Que les plaisirs, couplets égaux, Fassent la mesure L'éloge est vante sans sons beaux Des chanteurs sûrs. Qu'à Narbonne, je n'y vais pas, Soit désiré Mon vers, que mon éloge là-bas Me soit gardé. Mon cher Esthète, mais puisque d' où Soit présenté Mon vers, que mon désir te loue Me soit gardé.

http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/GVII.htm a traduction poétique en français d'Alexander Kiriyatskiy

Poème posté le 17/11/15 par Rickways


 Poète
GUILLAUME IX



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.