Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie d'hier / V - Je fais un vers fils du sommeil
Poésie d'hier / V - Je fais un vers fils du sommeil
Poésie d'hier / V - Je fais un vers fils du sommeil

V - Je fais un vers fils du sommeil
par GUILLAUME IX


V - Farai un vers, pos mi sonelh Farai un vers, pos mi sonelh E m vauc e m’estauc al solelh. Domnas i a de mal conselh, E sai dir cals: Cellas c’amor de cavalier Tornon a mals Domna fai gran pechat mortal Qe non ama cavalier leal; Mas s’ama o mong' o clergal, Non a raizo: Per dreg la deuri’ hom cremar Ab un tezo. En Alvernhe, part Lemozi, M’en aniey totz sols a tapi: Trobei la moller d’en Guari E d’en Bernart; Saluderon mi simplaentz Per san Launart. La una m diz en son latin: «E Dieus vos salf, don pelerin; Mout mi semblatz de bel aizin, Mon escient; ; Mas trop vezem anar pel mon De folla gent.» Ar auzires qu’ai respondut; Anc no li diz ni bat ni but, Ni fer ni fust no ai mentaugut, Mas sol aitan: «Barariol, barariol, Babarian. » So diz n’Agnes a n’Ermessen: «Trobat avem qu' anam queren. Sor, per amor Deu, l’alberguem, Qe ben es mutz, E ja per lui nostre conselh Non er saubutz. » La una 'm pres sotz son mantel, Menet m’en sa cambr', al fornel. Sapchatz qu’a mi fo bon e bel E l focs fo bos, Et eu calfei me volentiers Als gros carbos. A manjar mi deron capos, E sapchatz ac i mais de dos, E no i ac cog ni cogastros, Mas sol nos tres, E 'l pans fo blancs e l vins fo bos E 'l pebr’ espes «Sor, aquest hom es enginhos, E laissa lo parlar per nos: Nos aportem nostre gat ros De mantement, Qe 'l fara parla raz estros, Si de re nz ment. N’Agnes anet per l’enujos, E fo granz et ab loncz guinhos: E eu, can lo vi entre nos, Aig n’espavent, Q’a pauc non perdei la valor E l’ardiment. Qant aguem begut e manjat, Eu mi despoillei a lor grat. Detras m’aporteron lo gat Mal e felon: La una 'l tira de costat Tro al tallon. Per la coa de man tenen Tira'l gat et el escoissen: Plajas mi feron mais de cen Aqella ves. Mas eu no m mogra ges enguers, Qui m’ausizes. “Sor, diz n’Agnes a n’Ermessen, Mutz es, qe ben es connoissen; Sor del banh nos apareillem E del sojorn.“ Veit jorns ez encar mais estei En aquel forn. Tant las fotei com auzirets: Cen e quatre vint et veit vetz, Q’a pauc no j rompei mos corretz Et mos arnes; E no us puesc dir lo malveg, Tan gran m’en pres. Ges no us sai dir lo malveg, Tan gran m’en pres. V - Je fais un vers fils du sommeil Je fais un vers fils du sommeil, Je me fatigue sous le soleil, Sache que des dames du mal conseil Font leur scandale, Selon l’amour d'un chevalier, Tournent au mal. Une dame fait un péché mortel, Elle n’aime pas ce chevalier miel. Qui aime un moine comme son clerc ciel? Quelle est raison? Pour ce droit, l'homme doit la bruler Par un tison. C'est, en Auvergne, Limousin, Je vais sans bruit comme des copains, Je trouve deux femmes: de sire Garin Et de Bernard; Elles me saluèrent aimablement Pour saint Leonard. L’une femme me dit en son latin: «Car Dieu vous sauve, sire pèlerin; L'heureux est comme ton bon jardin, Semble joli, Nous regardons, qui va de loin À sa folie.» Ecoute que je n'ai répondu Que je n'ai ni mangé, ni bu, Et elles ont crû que je suis fou, Comme leur gros chien Lardait: "Oh barbariol", "oh barbariol", Car ne sait rien. Alors, Agnès dit: "Ermessein! C'est notre rêve, comprends, sœur, bien! Hébergeons-le, il va et vient., Chaque muet est nu, Avec lui ce conseil est vain, N'est pas connu. L’une me prend sous son grand manteau, Amène aux chambres, au fourneau. Sache ce que c'est comme leur cadeau, Au feu chantons, Et je me chauffe des volontiers Près des charbons. Je mange, elles donnent des chapons, Il n'y en a plus de "deux" personnes, Ni cuisinier, ni marmitons. De nous seuls trois, Le pain est blanc, le vin est bon Au poivre froid. «Sœur, à cet homme menteur, dis, loue! Il parlera le mal de nous, Apporte lui notre chat roux. De maintenant, Il le fera nous ouvrir tout, S'il ris et ment.» Agnès va pour ce monstre, sache, Le chas a de longues moustaches: Je le vois et je me prie: «Cache Ta peur, leur liesse Qu'il s'en fallut, je ne perdisse Pas mon hardiesse. Car j'ai mangé et bu sans fautes Je reste nu. L'une femme très chaude M'apporte ce chat, triste mode, Méchant félon, Le tire le long de toutes mes côtes Jusqu'aux talons. Par cette queue, tient l'une main et sent Que l'autre tire le chat griffant Qui me fait ses plaies plus de cent, Me tue la blende, Cette même fois et je ne bouge pas Que tu m’entendes. “Sœur, dit Agnès à Ermessein, Le muet est notre béat poussin Sœur, tu le prends et vas au bain Qu'il soit plus beau“ J'habite huit jours et je me chauffe Dans quel fourneau. Tant je trompais, comme tu m'entends: Cent quatre-vingt huit fois dedans. Ma peine, il faut rompre le rang, Ardeur chérie, Je ne peux pas dire le malaise, Le bon m’a pris. Les gestes ne savent nul malaise, Le bon m’a pris.

http://www.er.uqam.ca/nobel/m310014/GV.htm La traduction poétique en français d'Alexander Kiriyatskiy

Poème posté le 17/11/15 par Rickways


 Poète
GUILLAUME IX



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.