Accueil
Poésie d'hier / Compagno, non puesc mudar qu'eo no m'effrei...
              
Poésie d'hier / Compagno, non puesc mudar qu'eo no m'effrei...
         
Poésie d'hier / Compagno, non puesc mudar qu'eo no m'effrei...

Compagno, non puesc mudar qu'eo no m'effrei...
par GUILLAUME IX


Compagno, non puesc mudar qu'eo no m'effrei De novellas qu'ai auzidas et que vei: Qu'una domna s'es clamada de sos gardadors a mei. E diz que non volo prendre dreit ni lei, Ans la teno esserrada quada trei: Tant l'us no-ill larga l'estaca que l'altre plus no la-ill plei. Et aquill fan entre lor aital agrei: L'us es compains gens a foc mandacarrei, E meno trop major nausa que la mainada del rei. Et eu dic vos, gardador, e vos castei: e sera ben grans folia qui no-m crei: Greu verretz neguna garda que ad oras non sonei. Qu'eu anc non vi nulla domn'ab tan gran fei, Qui non vol prendre son plait o sa mercei, S'om l'aloigna de proessa, que ab malvestatz non plaidei. E si-l tenez a cartat lo bon conrei, Adoba-s d'aquel que troba viron sei: Si non pot aver caval, ela compra palafrei. Non i a negu de vos ia-m desautrei, S'om li vedava vi fort per malavei, Non begues enanz de l'aiga que-s laissez morir de sei. Chascus beuri'ans de l'aiga que-s laises morir dessei Traduction proposée : Camarades, je ne sais pas vers qui me tourner sans être bouleversé sur une affaire que je suis appelée à juger: parce qu'une femme se plaint à moi de ses gardiens. Et elle dit qu'ils ne reconnaissent ni la coutume ni la loi; au lieu de cela, ils la gardent verrouillée, tous les trois, à tel point que quand on desserre ses collets, les autres les resserrent davantage. Et ils se comportent de telle manière (on est aussi courtois que le nœud coulant d'un bourreau) et ils font plus de bruit que la bande du roi. Et je vous dis, protections, et je vous exhorte, et ce sera un véritable insensé celui qui ne me croit pas: il n'y a guère de gardien qui ne somnole parfois. Depuis que je n'ai jamais vu une femme aussi ferme qu'elle ne voudrait pas prendre ce qu'elle aime ou mérite, et qui, s'il ne valait rien, ne se tournerait pas vers la dépravation. Et si vous la gardez du harnais elle fera avec ce qu'elle trouve autour d'elle et si elle ne peut pas avoir de monture, elle achètera un palfrey. Aucun de vous ne me contredirait si je disais que, s'il était interdit de boire du vin fort à cause d'une maladie, il préfère boire de l'eau plutôt que de se laisser mourir de soif. Tout le monde préfère boire de l'eau plutôt que mourir de soif!



Poème posté le 17/11/15 par Rickways


 Poète
GUILLAUME IX



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.