Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / COMPASSION / C'était un nouveau départ

              
Thème du mois / Tous les thèmes / COMPASSION / C'était un nouveau départ

         
Thème du mois / Tous les thèmes / COMPASSION / C'était un nouveau départ


Signaler un contenu inaproprié.

C'était un nouveau départ
par Argeras


Deux couples se promenaient Un après-midi de congé Dans leurs petites autos En avril ou en octobre il faisait beau Le couple mûr était venu sans son fils de vingt ans En pleine période de rendez-vous galants Le jeune couple était venu avec son enfant A l’âge de monter sur les épaules de ses parents Ils avaient la même la même vieille voiture Très répandue peu pratique et peu sûre Sur le tableau de bord pour éviter les catastrophes On avait l’habitude de coller un Saint-Christophe Plus gaies que ces boites les derniers modèles Ces autos avaient des rondeurs charnelles Joyeuses machines bruyantes Qui semblaient vivantes Elles tenaient une conversation Ça ne rentrera pas je ne suis pas un camion Entendez comme je rage pour grimper la côte Attention dans les virages je suis une rigolote Pour le plaisir de se saluer Ils s’amusaient à se doubler Sans chercher à gagner Ils se passaient le relais Le couple mûr s’était appauvri A la suite d’une soudaine maladie La route les amenaient à ce petit port Avec sa falaise à bâbord Revoir ces lieux de l’enfance Annonçaient la fin de la convalescence Pour le jeune couple solidaire dans l’épreuve L’existence reprenait un tranquille fleuve En flânant sur le Quai de la Pêche entre Amis Ils choisissaient des bateaux pour leurs autres vies Les adultes se racontaient les nouveau-nés Les déjà partis et les bientôt mariés Le couple mûr ravi revivait avec le bambin Le temps où son fils était gamin L’enfant s’intéressait à tout Tel que la rouille d’un gros clou Les galets de la plage Une bouée de sauvetage Les anchois dans la saumure Une odeur de peinture Le couple mûr commençait une vie plus saine Un travail avec moins de salaire et de peine Était-il nostalgique ou soulagé Abattu ou plein de projets Le jeune couple craignait qu’à son tour Le destin le prenne de court Croyait-il vraiment qu’en étant plus prudent On peut éviter ce type d’accident Mais jeunes et moins jeunes avaient trouvé un espoir Qu’ils allaient récolter jusqu’au soir Longtemps après quand leur ciel n’était pas étoilé Ils puisaient encore dans cette réserve de gaieté Les autos en déplaçant l’air le long du parapet Produisaient une respiration saccadée Qui battait la mesure Des visions de l’avenir qui rassurent Un dernier dépassement pour se saluer Et leurs trajets se séparaient Ils devaient se souvenir encore bien plus tard Que ce jour était un nouveau départ Argeras, texte déposé

Compassion du jeune couple pour le vieux couple, compassion pour mes aînés, compassion pour nous tous dans le temps qui passe.

Poème posté le 11/02/24 par Argeras


 Poète
Argeras



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.