Accueil
              
         

Signaler un contenu inaproprié.

Sans titre
par Anne


Quand tu seras là Non, pas cette coquille brûlée par le soleil Des rives préhistoriques Mais TOI ! tes chairs érectiles et vibrantes Se moquant du désert Quand tu seras là Une corolle rouge sang D’encre indélébile et primaire Marquera chacun de nos vingt doigts Il me reste des allumettes : Mettre le feu aux poudrières des quatre tours ? Rendre sourd un dieu aveugle ? Plutôt apprendre le silence Le parler des dauphins luisants Nageant dans le sillon des saints noyés Aux cils perlant du sel des mers profondes Jour et nuit j’égratigne la surface lisse et mouvante des sables Je trouble avec mes larmes Le miroir obscur du lac Et cette envie de me lancer Dos au vide Comme les aigles Faisant confiance Aux courants ascendants



Poème posté le 15/02/24 par Anne


 Poète
Anne



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.