Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / ARBRE / L’odyssée du vieil olivier calabrais

              
Thème du mois / Tous les thèmes / ARBRE / L’odyssée du vieil olivier calabrais

         
Thème du mois / Tous les thèmes / ARBRE / L’odyssée du vieil olivier calabrais


Signaler un contenu inaproprié.

L’odyssée du vieil olivier calabrais
par Oxalys


Engoncé dans un pot étroit de terre cuite, Sous les halos de projecteurs qui le réchauffent, Un vieil olivier s’abandonne à la poursuite De son rêve d’arbre libre en sol sain et sauf. Longtemps auparavant, en région calabraise, Il fut aligné tout petit avec ses frères En terrain caillouteux sous le soleil de braise Puis grandit fièrement et devint fructifère. Chaque printemps le voyait refleurir joyeux, Il assurait, fidèle, de bons rendements. Les années passant, son tronc devint tout noueux, Son écorce accusa les aléas du temps. Un jour débarqua dans l’oliveraie paisible, Venu de Bruxelles, un staff de commissaires. Ils déclarèrent qu’il n’était las plus possible De financer l’exploitation gagne-misère. On octroya bien quelques maigres subventions, Mais l’entrain se mourait et malgré les récoltes, Il fallut recourir à la dissolution, Rien n’y fit, ni plaintes, ni grèves, ni révoltes. Depuis que la colombe remit à Noé Un rameau d’olivier en signe de pardon Cet arbre de vie n’est plus coupé ni brûlé. Le verger fut ainsi laissé à l’abandon. Arriva de la ville un marchand besogneux Qui cherchait dans ce coin des plantes exotiques. Voyant ces géants lui vint un plan rigoureux Pour gagner le gros lot grâce à l'art floristique. On les arracha de leur terrain nourricier, Rogna les racines à la taille congrue Elagua les branches pour mieux les transporter Loin du sud coutumier vers le nord inconnu. Voici notre olivier en vente à la criée, Jaugé par les experts, vulgaire marchandise, Dûment étiqueté, suppôt de vanité Affichant un prix d’or garant de convoitise. Dans le jardin d'hiver d'un riche homme d'affaires Il finira sa vie entouré d'autres arbres Arrachés comme lui du sol originaire, Puis rempotés dans de grandes vasques en marbre. Engoncé dans un pot étroit de terre cuite Sous les halos de projecteurs qui le réchauffent Un vieil olivier s’abandonne à la poursuite De son rêve d’arbre libre en sol sain et sauf…..



Poème posté le 07/04/24 par Oxalys


 Poète
Oxalys



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.