Accueil
              
         

Cité
par Hugo


Cité Grand corps malade Mélange électrique D’âmes excitées De chairs en rade De façades statiques Tes vieux murs sont blafards Tes venelles sinueuses Telles des circonvolutions ténébreuses Tes visages s’effarent Des miroirs des tueuses Les tours dévoreuses De vielles pierres De vielles incommodités D’habitudes sans age De passions de lierre Qui s’accrochent aux aspérités Et qui font vivre la cage Cité Amalgame critique D’ancien et de modernité D’amoureux dépités De vulgaire et d’esthétique D’individualisme et de mixité Je t’abhorre Autant que je t’aime Au panthéon des banalités Du carcan des corps Curieux théorème De douceur et de brutalité Amour haine sans age Pour la bête tentaculaire La captivante citadelle Le cocon sarcophage Des servilités séculaires Des prétentions éternelles



Poème posté le 30/07/08



.