Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie d'hier / La source
Poésie d'hier / La source
Poésie d'hier / La source

La source
par Charles Marie René LECONTE DE LISLE


Une eau vive étincelle en la forêt muette, Dérobée aux ardeurs du jour ; Et le roseau s'y ploie, et fleurissent autour L'hyacinthe et la violette. Ni les chèvres paissant les cytises amers Aux pentes des proches collines, Ni les pasteurs chantant sur les flûtes divines, N'ont troublé la source aux flots clairs. Les noirs chênes, aimés des abeilles fidèles, En ce beau lieu versent la paix, Et les ramiers, blottis dans le feuillage épais, Ont ployé leur col sous leurs ailes. Les grands cerfs indolents, par les halliers mousseux, Hument les tardives rosées ; Sous le dais lumineux des feuilles reposées Dorment les Sylvains paresseux. Et la blanche Naïs dans la source sacrée Mollement ferme ses beaux yeux ; Elle songe, endormie ; un rire harmonieux Flotte sur sa bouche pourprée. Nul oeil étincelant d'un amoureux désir N'a vu sous ces voiles limpides La Nymphe au corps de neige, aux longs cheveux fluides Sur le sable argenté dormir. Et nul n'a contemplé la joue adolescente, L'ivoire du col, ou l'éclat Du jeune sein, l'épaule au contour délicat, Les bras blancs, la lèvre innocente. Mais l'Aigipan lascif, sur le prochain rameau, Entr'ouvre la feuillée épaisse Et voit, tout enlacé d'une humide caresse, Ce corps souple briller sous l'eau. Aussitôt il rit d'aise en sa joie inhumaine ; Son rire émeut le frais réduit ; Et la Vierge s'éveille, et, pâlissant au bruit, Disparaît comme une ombre vaine. Telle que la Naïade, en ce bois écarté, Dormant sous l'onde diaphane, Fuis toujours l'oeil impur et la main du profane, Lumière de l'âme, ô Beauté !

Poèmes antiques

Poème posté le 10/01/17 par Ancienmembre


 Poète
Charles Marie René LECONTE DE LISLE



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.