Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie d'hier / La mort des amants - Der Tod der Geliebten
Poésie d'hier / La mort des amants - Der Tod der Geliebten
Poésie d'hier / La mort des amants - Der Tod der Geliebten

La mort des amants - Der Tod der Geliebten
par Rainer Maria RILKE


Der Tod der Geliebten Er wußte nur vom Tod was alle wissen: daß er uns nimmt und in das Stumme stößt. Als aber sie, nicht von ihm fortgerissen, nein, leis aus seinen Augen ausgelöst, hinüberglitt zu unbekannten Schatten, und als er fühlte, daß sie drüben nun wie einen Mond ihr Mädchenlächeln hatten und ihre Weise wohlzutun: da wurden ihm die Toten so bekannt, als wäre er durch sie mit einem jeden ganz nah verwandt; er ließ die andern reden und glaubte nicht und nannte jenes Land das gutgelegene, das immersüße— Und tastete es ab für ihre Füße. **** La mort des amants Il ne savait de la mort que ce que tous savent: Qu’elle nous prend et nous pousse dans le mutisme. Mais lorsqu’elle, non pas arrachée à lui, Non, mais sans bruit estompée à ses yeux, Glissa vers des ombres inconnues, Et quand il sentit qu’une fois là-bas, Elle avait toujours, telle une lune, son sourire de jeune fille Et sa façon bienfaisante, Alors les morts lui parurent aussi connus que s’il était maintenant, grâce à elle, Un de leurs très proches parents. Il fit parler les autres Et n’y croyait pas et nommait ce pays Le bien situé, le très doux Et le tapotait pour (qu’elle y pose) ses pieds. (Traduction Oxalys - juin 2017)

Écrit entre le 22 août et le 5 septembre 1907 à Paris
Paru dans Die neuen Gedichte 1908


Poème posté le 02/07/17 par Oxalys


 Poète
Rainer Maria RILKE



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.