Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / MOURIR / J'ai fait le deuil

Thème du mois / Tous les thèmes / MOURIR / J'ai fait le deuil

Thème du mois / Tous les thèmes / MOURIR / J'ai fait le deuil

J'ai fait le deuil
par Antigone


J’ai fait le deuil de chaque chose, Jeté au feu tous mes désirs, Le Vent du Nord fane mes roses Dans le grimoir’ des souvenirs. J’étais vivant, me voici mort, Et que m’importe les saisons, Je n’ai plus peur des trahisons… Pas de regrets, ni de remords. J’ai fait le deuil de chaque pierre, De chaque grain, de chaque fruit, Et, reposant dedans ma bière, Me suis faite ombre de vos nuits. Le cœur transi et l’âme en berne, Je n’ai plus besoin de manteau, Mes yeux sont clos et plus de cernes Ne viennent parsemer ma peau. J’ai fait le deuil de l’amitié, Ses doux serments n’ont plus de mise, Le Vent les a éparpillés, Sous les ponts coule la Tamise. J’ai fait le deuil des mots d’amour, Le temps n’est plus aux épousailles, Je n’entends plus les troubadours, Ni les oiseaux dans les broussailles. J’ai fait le deuil de chaque Source Qui se donnait au gai Torrent, Je ne verrai plus la Grand’Ourse Danser au cœur du Firmament. Je ne pourrai, au clair de Lune, Frôler les chevaux du jusant Ni me promener dans les dunes, Main dans la main, avec le Vent. J’ai fait le deuil de l’Océan En jetant mes mots à la Mer, Je me suis donnée au néant, Comme le Vent va à l’Hiver. Pour vous, je me ferai torrent Qui rebondit sur la lagune, Je reviendrai, de temps en temps, Ensoleiller vos clairs de lune. Pour vous, je me ferai saisons, L’hiver, l’été et, au printemps, Dans chaque vol de papillon, Vous saurez que je vous attends. Sachez, qu’au tout petit matin, Quand vous ouvrirez une porte, Je serai là comme une escorte, C’est moi qui vous tiendrai la main. Et lorsque vous serez moroses, Pensez que je ne suis pas loin, Et c’est en cueillant une rose, Que s’en iront tous vos chagrins. Quand vous dormirez, solitaires, Je serai là, à vos côtés, Sachez, enfants, que sur la terre, C’est moi qui viendrai vous border. J’ai fait le deuil de vos musiques, A mon piano désaccordé, Ma symphonie est pathétique Sous mes doigts désarticulés. J’ai fait le deuil de mille choses, Le temps n’est plus aux souvenirs, Dans le grimoir’, fanent mes roses… Le Vent du Nord vient de mourir.



Poème posté le 04/11/08


 Poète
Antigone



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.