Accueil
              
         

Le corbeau
par Jakolarime


Chenu comme un vieillard, au milieu de la plaine, Un vieux saule ébouriffe au vent quelques rameaux Qui retiennent encor des grappes de corbeaux Grinçant haut sous le ciel leur chant d’âmes en peine. Surgi du fond des airs sur ses ailes d’ébène, En son bec enfermant un répugnant fardeau, L’oiseau vient s’y poser comme au bord d’un tombeau. En son œil on croit voir une flamme de haine. Là, tout près de sa serre, au creux du tronc noueux, S’égosille un poussin avide et coléreux Blotti dans le fouillis d’un duveteux asile. Le rapace attendri se penche sur le nid Pour nourrir doucement son oisillon fragile Dont il voudrait combler l’insatiable appétit.<br>

20 juillet 2005<br />


Poème posté le 08/11/08


 Poète
Jakolarime



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.