Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie d'hier / Primo Canto de l’Inferno
Poésie d'hier / Primo Canto de l’Inferno
Poésie d'hier / Primo Canto de l’Inferno

Primo Canto de l’Inferno
par Dante ALIGHIERI


Nel mezzo del cammin di nostra vita mi ritrovai per una selva oscura chè la diritta via era smarrita. E quanto a dir qual era è cosa dura esta selva selvaggia e aspra e forte che nel pensier rinova la paura, tanto è amara che poco è più morte. Ma per trattar del ben ch’io vi trovai diró de l’altre cose che vi ho scorte. Io non so ben ridir com’io v’entrai tant’era pieno di sonno a quel punto che la verace via abbandonai. Ma poi ch’io fui al piè d’un colle giunto là dove terminava quella valle che m’avea di paura il cor compunto, guardai in alto e vidi le sue spalle vestite già dei raggi del pianeta che mena dritto altrui per ogni calle. Allor fu la paura un poco queta che nel lago del cor m’era durata la notte ch’io passai con tanta pieta. E come quei che con lena affannata, uscito fuor del pelago a la riva, si volge a l’acqua perigliosa e guata, cosí l’animo moi, che ancor fuggiva, si volse a dietro a rimirar lo passo che non lasció gia mai persona viva. Poi ch’ei posato un poco il corpo lasso ripresi via per la piaggia diserta sí che il piè fermo sempre era il più basso Ed ecco quasi al cominciar de l’erta una lonza leggiera e presta molto che di pel maculato era coperta e non mi si partía d’inanzi al volto anzi impediva tanto il mio cammino ch’io fui per ritornar più volte volto. Tempo era dal principio del mattino e il Sol montava in sù con quelle stelle ch’eran con lui quando l’amor divino mosse da prima quelle cose belle, sí che a bene sperar m’era cagione di quelle fera alla gaietta pelle l’ora del tempo e la dolce stagione. Ma non sí che paura non mi desse la vista che m’apparve d’un leone. questi parea che contra me venesse con la test’alta e con rabbiosa fame sí che parea che l’aere ne tremesse E d’una lupa che di tutte brame sembiava carca ne la sua magrezza e molte genti fe’ già viver grame. Questa mi porse tanto di gravezza con la paura che uscia di sua vista ch’io perdei la speranza de l’altezza. E qual è quei che volontieri acquista e giugne il tempo che perder lo face che in tutti i suoi pensier piange e s’attrista, tal mi fece la besta senza pace che venendomi incontro a poco a poco mi ripigneva là dove il Sol tace. Mentre ch’io rovinava in basso loco, dinanzi a gli occhi mi si fu offerto chi per lungo silenzio parea fioco. Quando vidi costui nel gran diserto « Miserere di me », gridai a lui, « qual che tu síí, od ombra od uomo certo ». Risposemi : « Non uomo, uomo già fui e li parenti miei furon lombardi e mantovani par patria ambedui. Nacqui sub Iulio ancor che fosse tardi e vissi a Roma sotto il buono Augusto al tempo de li dei falsi e bugiardi. Poeta fui e cantai di quel giusto figliuol d’Anchise che venne da Troia poi che il superbo Ilion fu combusto. Ma tu perchè ritorni a tanta noia ? Perché non sali il dilettoso monte ch’è principio e cagion di tutta gioia ? » « Or sei tu quel Virgilio e quella fonte che spandi di parlar sí largo fume ? » risposi io lui con vergognosa fronte. « O de gli altri poeti onore e lume vagliami il lungo studio e il grande amore che m’ha fatto cercar lo tuo volume. Tu sei lo mio maestro e ‘l mio autore tu sei solo colui da cui io tolsi lo bello stile che m’ha fatto onore. Vedi la bestia per cui io mi volsi aiutami da lei famoso saggio ch’ella mi fa tremar le vene e i polsi ». « A te convien tenere altro viaggio » rispose poi che lagrimar mi vide « se vuoi campar d’esto loco selvaggio, chè quella bestia per la qual tu gride non lascia altrui passar per la sua via ma tanto l’impedisce che l’uccide. E ha natura sí malvagia e ría che mai non empie la bramosa voglia e dopo il pasto ha più fame che pria. Molti son gli animali a cui s’ammoglia e piu saranno ancora in fin che il Veltro verrà che la farà morir con doglia. Questi non ciberà terra nè peltro ma sapienza amore e virtute e sua nazion sarà tra feltro e feltro. Di quell’umile Italia fia salute per cui morí la vergine Camilla, Eurialo et Turno e Niso di ferute. Questi la caccerà per ogni villa fin che l’avrà rimessa ne l’inferno là onde invidia prima dipartilla. Ond’io per lo tuo me’ penso e discerno che tu mi segui ed io saró tua guida e trarrotti di qui per loco eterno ove udirai le disperate strida, vedrai gli antichi spiriti dolenti che la seconda morte ciascun grida e vederai color che son contenti nel foco perchè speran di venire quando che sia a le beate genti. A le qual’ poi se tu vorrai salire anima fia a ciò più di me degna con lei ti lasceró nel mio partire chè quello imperador che la sù regna perch’io fui ribellante a la sua legge non vuol che in sua città per me si vegna. In tutte parti impera e quivi regge quivi è la sua città e l’alto seggio oh felice colui cui ivi elegge ! » E io a lui « Poeta, io ti richieggio per quello Dio che tu non conoscesti, a ció ch’io fugga questo male e peggio che tu mi meni là dov’or dicesti sí ch’io veggia la porta di san Pietro e color cui tu fai cotanto mesti ». Allor si mosse ed io li tenni retro. Traduction Premier Chant de l’Enfer de Dante (libre adaptation par Licorne) Au milieu du trajet de notre vie je me trouvai dans une forêt obscure car j’avais égaré le droit chemin. De la décrire cela m’est pénible cette forêt sauvage et âpre et drue car d’y penser fait ressurgir la peur, elle est presque aussi amère que la mort. Mais pour parler du bien que j’y trouvai je dois dire ce que j’y ai vu d’autre. Je ne peux dire comment j’y entrai tant j’étais hébété et somnolent quand la vertueuse voie j’abandonnai. Mais quand je fus au pied d’une colline où finissait cette sombre vallée dont la crainte m’avait serré le cœur, levant les yeux j’aperçus ses versants illuminés par les rayons de l’astre qui chacun mène sûr en tout chemin. Alors s’apaisa un peu la frayeur qui m’avait affligé au fond du coeur, la nuit que je passai avec angoisse. Et comme celui qui, sur le rivage, sorti de la mer, haletant, se retourne vers les flots dangereux et les contemple, ainsi mon esprit, qui encore fuyait, se retourna pour scruter le passage d’où ne sortit jamais âme qui vive. Ayant un peu reposé mon corps las je repartis sur la pente déserte le pied qui assure étant le plus bas. Mais voilà qu’au début de la montée, un léopard élancé et vigoureux, revêtu d’un pelage tacheté, tant méchamment m’empêchait le passage et ne s’en écartait pas, au contraire, que de peur je faillis m’en retourner. C’était le commencement du matin, le Soleil montait avec les étoiles qui l’entouraient lorsque l’amour divin anima tout d’abord ces luminaires. J’imaginais donc avoir bon espoir, par l’heure du jour et la douce saison face à ce fauve avec son gai pelage. Mais voilà que je fus épouvanté par l’apparition subite d’un lion. Celui-ci semblait venir contre moi la tête haute et une faim enragée au point que l’air paraissait trembler Puis d’une louve qui dans sa maigreur semblait toute chargée d’avidité et qui tant de gens mit dans la détresse. Celle-ci me provoqua un tel trouble avec la frayeur causée par sa vue que je perdis l’espoir de continuer. Et comme celui qui s’est enrichi, lorsque l’adversité lui fait tout perdre, inconsolable, n’a que tristes pleurs, ainsi me fit-elle, qui sans répit, en avançant contre moi pas à pas me repoussait dans l’ombre sans soleil. Pendant que je précipitais en bas, je vis paraître devant moi quelqu’un qui par un long silence semblait faible. Quand je l’aperçus dans ce lieu désert, « Aie pitié de moi ! », lui criai-je de loin, « quel que tu sois, homme vivant ou ombre ». « Homme vivant je fus, plus ne le suis, j’étais descendant de parents lombards et Mantoue fut leur cité, leur patrie. Je naquis quand régnait Jules César et je vécus à Rome sous Auguste quand dominaient les dieux faux et menteurs. Je fus poète et célébrai ce juste fils d’Anchise qui arriva de Troie après que celle-ci fut incendiée. Mais toi, pourquoi reviens-tu vers le mal ? Et ne montes-tu pas dessus ce mont source et origine de toute joie? » « Tu es donc Virgile, cette ample source qui répands tout ce fleuve d’éloquence ? », lui dis-je baissant humblement le front. « Ô toi, clarté et honneur des poètes, que l’étude assidue et le grand amour portés à ton œuvre me vaillent ton aide. Toi, mon maître et mon père spirituel , tu es celui seul de qui j’ai acquis le beau style qui m’a valu honneur. Regarde la bête qui d’épouvante m’a fait rebrousser chemin, aide-moi car elle me fait trembler, noble sage ». « Tu devras choisir un autre chemin », répondit-il me voyant plein de larmes, « si tu veux survivre à ce lieu sauvage car ce fauve qui te fait tant pleurer ne laisse passer créature humaine mais tant l’en empêche qu’elle la tue. Sa nature est méchante et avide au point qu’elle n’est jamais rassasiée, a plus faim après qu’avant le repas. Elle couche avec beaucoup d’animaux jusqu’à ce que le Grand Lévrier survienne qui la fera mourir dans la douleur. Il la pourchassera de par le monde pour enfin la rejeter dans l’enfer d’où l’avait tirée sa convoitise. Il ne voudra terre ni richesses mais plutôt sagesse amour et vertu et son gouvernement sera clément. Il fera le salut de l’Italie pour qui moururent Euryale, Nisus, Turnus ainsi que la vierge Camille. Il la pourchassera de par le monde pour enfin la rejeter dans l’enfer que par convoitise elle avait quitté. Je pense donc que pour toi le meilleur est de me suivre, je serai ton guide et te sortirai d’ici vers un lieu où tu ouïras les cris désespérés des esprits qui furent et qui désormais, dolents, la deuxième mort regrettent ; tu verras aussi ceux qui sont contents dans le feu puisqu’ils espèrent venir chez les bienheureux quand sera leur tour. Si tu voudras monter parmi ceux-ci une autre âme que moi sera plus digne c’est à elle que je te confierai. Car l’empereur qui là haut sur tout règne ne veut pas m’admettre dans sa cité parce que je n’ai pas connu sa Loi. Partout il gouverne et ici il règne ici c’est sa Cité et le haut Trône. Heureux celui qu’en ce lieu est élu ! Et moi à lui : « Poète, je te prie, par ce Dieu dont tu n’eus pas connaissance, pour que je fuie ce mal ou même pire, de me conduire où tu viens de dire pour que je voie la porte de Saint Pierre et ceux-là dont tu dis qu’ils sont si tristes » Lors, il avança et je le suivis.

Libre adaptation par Licorne d’après la version italienne de Manfredi Porena (1961) et la traduction française de Félicité Robert de Lamennais (1863).

Poème posté le 30/12/17 par Licorne


 Poète
Dante ALIGHIERI



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.