Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie d'hier / Secondo Canto de l’Inferno
Poésie d'hier / Secondo Canto de l’Inferno
Poésie d'hier / Secondo Canto de l’Inferno

Secondo Canto de l’Inferno
par Dante ALIGHIERI


Lo giorno se n’andava, e l’aere bruno toglieva gli animai che sono in Terra da le fatiche loro e io sol uno m’apparecchiava a sostener la guerra sí del cammino e sí de la pietate che ritrarrà la mente che non erra. O Muse, o alto ingegno, or m’aiutate. O mente, che scrivesti ció ch’io vidi, qui si parrà la tua nobilitate. Io cominciai : « Poeta che mi guidi, guarda la mia virtù s’ella è possente prima che a l’alto passo tu mi fidi. Tu dici che di Silvio lo parente, corruttibile ancora, ad immortale secolo andó ; e fu sensibilmente. Peró se l’avversario d’ogni male cortese i fu, pensando l’alto effetto che uscir dovea di lui, chi e quale, non pare indegno ad omo d’intelletto ch’ei fu de l’alma Roma e di suo impero ne l’Empireo ciel per padre eletto. La quale e il quale, a voler dir lo vero, fu stabilita per lo loco santo u’ siede il successor del maggior Piero. Per quest’andata onde li dai tu vanto intese cose che furon cagione di sua vittoria e del papale ammanto. Andovvi poi lo Vas d'elezïone, per recarne conforto a quella fede ch'è principio a la via di salvazione. Ma io, perché venirvi? o chi il concede? Io non Enëa, io non Paulo sono; me degno a ciò né io né altri crede. Per che, se del venire io m'abbandono, temo che la venuta non sia folle. Sei savio; intendi me' ch'io non ragiono». E qual è quei che disvuol ciò che volle e per novi pensier cangia proposta, sì che dal cominciar tutto si tolle, tal mi fec' ïo in quella oscura costa, perché pensando consumai l'mpresa che fu nel cominciar cotanto tosta. «Se io ho ben la parola tua intesa», rispose del magnanimo quell'ombra, «l'anima tua è da viltade offesa; la qual spesse fïate l'uomo ingombra sì che d'onrata impresa lo rivolve, come falso veder bestia quand'ombra. Da questa tema acciò che tu ti solve, dirotti perch'io venni e quel che intesi nel primo punto che di te mi dolve. Io era tra color che son sospesi, e donna mi chiamò beata e bella, tal che di comandare io la richiesi. Lucevan li occhi suoi più che la stella; e cominciommi a dir soave e piana, con angelica voce, in sua favella: "O anima cortese mantovana, di cui la fama ancor nel mondo dura, e durerà quanto il mondo lontana, l'amico mio, e non de la ventura, ne la diserta piaggia è impedito sì nel cammin, che vòlto è per paura; e temo che non sia già sì smarrito, ch'io mi sia tardi al soccorso levata, per quel che ho di lui in cielo udito. Or movi, e con la tua parola ornata e con ciò ch’è mestieri al suo campare, l'aiuta sì ch'io ne sia consolata. Io son Beatrice che ti faccio andare; vegno di loco ove tornar desio; amor mi mosse, che mi fa parlare. Quando sarò dinanzi al Signor mio, di te mi loderò sovente a Lui". Tacette allora, e poi cominciai io : "O donna di virtù sola per cui l'umana spezie eccede ogni contento di quel ciel ch'ha minor li cerchi sui, tanto m'aggrada il tuo comandamento, che l'ubbidir, se già fosse, m'è tardi; più non t'è uopo aprirmi il tuo talento. Ma dimmi la cagion che non ti guardi de lo scender qua giuso in questo centro de l'ampio loco ove tornar tu ardi". "Da che tu vuoi saper cotanto a dentro, dirotti brievemente" mi rispose, "perch' io non temo di venir qua entro. Temer si dee di sole quelle cose ch'hanno potenza di fare altrui male; de l'altre no, ché non son paurose. Io son fatta da Dio, sua mercé, tale, che la vostra miseria non mi tange, né fiamma d'esto 'ncendio non m'assale. Donna è gentil nel ciel che si compiange di questo impedimento ov' io ti mando, sì che duro giudicio làssù frange. Questa chiese Lucia in suo dimando e disse: — Or ha bisogno il tuo fedele di te, e io a te lo raccomando —. Lucia, nimica di ciascun crudele, si mosse, e venne al loco dov' io era, che mi sedea con l'antica Rachele. Disse: — Beatrice, loda di Dio vera, ché non soccorri quei che t'amò tanto, che uscì per te de la volgare schiera? Non odi tu la pieta del suo pianto ? Non vedi tu la morte che il combatte su la fiumana ove il mar non ha vanto? —. Al mondo non fur mai persone ratte a far lor pro o a fuggir lor danno, com' io, dopo cotai parole fatte, venni qua giù dal mio beato scanno, fidandomi nel tuo parlare onesto, che onora te e quei che udito l'hanno ». Poscia che m'ebbe ragionato questo, li occhi lucenti lagrimando volse, per che mi fece del venir più presto. E venni a te così com' ella volse, d'inanzi a quella fiera ti levai che del bel monte il corto andar ti tolse. Dunque: che è? perché, perché ristai, perché tanta viltà nel core allette, perché ardire e franchezza non hai, poscia che tai tre donne benedette curan di te ne la corte del cielo, e il mio parlar tanto ben ti promette?». Quali fioretti dal notturno gelo chinati e chiusi, poi che il sol li 'mbianca, si drizzan tutti aperti in loro stelo, tal mi fec' io di mia virtude stanca, e tanto buono ardire al cor mi corse, ch'io cominciai come persona franca : «Oh pietosa colei che mi soccorse! e te cortese che ubbidisti tosto a le vere parole che ti porse! Tu m'hai con disiderio il cor disposto sì al venir con le parole tue, ch'io son tornato nel primo proposto. Or va, chè un sol volere è d'ambedue: tu duca, tu signore e tu maestro». Così li dissi; e poi che mosso fue, entrai per lo cammino alto e silvestro. Traduction Deuxième Chant de l’Enfer de Dante Libre adaptation de Licorne Le jour déclinait et l’ombre du soir délivrait les hommes qui sont sur terre de leur labeur, moi seul excepté, qui me préparais à subir les épreuves du chemin et celles de la pitié que contera fidèle ma mémoire. Ô Muses, inspiratrices, aidez-moi donc. Mémoire, qui notas ce que je vis c‘est ici qu’apparaîtra ta grandeur. Je commençai : « Poète qui me guides, avant d’entamer ce passage ardu, vois ma valeur si elle est assez grande. Tu dis qu’Enée, de Silvius le père, en lieu éternel, encore vivant se rendit aux Enfers, réellement. Mais si Dieu, l’adversaire de tout mal, lui fut propice, l’homme intelligent, songeant aux grandes choses qui viendraient de lui, admettra qu’il fut, dans la haute sphère céleste, nommé fondateur de l’auguste Rome et de son Empire. Laquelle Rome, tout comme l’Empire, furent basés pour être le lieu saint siège des Papes successeurs de Pierre. Durant ce voyage que tu chantes il ouït des choses dont découlèrent sa victoire puis le siège papal. Par la suite s’y rendit Paul de Tarse pour en apporter renfort à la foi seul fondement de la voie du salut. Mais moi, pourquoi irais-je ? Grâce à qui ? Je ne suis pas Enée, ni Paul non plus ; nul ne me croira digne de cela. Parce que si j’accepte de venir je crains que ma venue ne soit folie. Tu es sage et m’entends mieux que moi-même ». Et tel qui renonce à ce qu’il voulut et par nouveaux desseins change d’avis, tout élimine depuis le début, ainsi me fis-je en cet obscur versant, par la pensée je ruinai l’entreprise qui commençait pourtant si promptement. « Si j’ai dès lors bien compris tes paroles » répondit l’ombre du noble poète « Ton âme est affectée de lâcheté, laquelle bien souvent encombre l’homme et le détourne d’un louable projet comme le cheval se cabrant d’une ombre. Pour que de cette crainte tu sois quitte voilà pourquoi je vins et ce que j’ouïs quand au début je m’inquiétai pour toi. J’étais parmi ceux qui sont en suspens, Béatrice m’appela, bienheureuse, si belle que je me mis à ses ordres. Ses yeux luisaient bien plus que des étoiles et m’adressant son angélique voix elle me dit d’un parler simple et doux : « Âme aimable et courtoise de Mantoue, dont la renommée dure ce jour encore et durera tant que vivra le monde, mon ami, victime d’adversité, sur la pente déserte est empêché de passer et par peur il se détourne. De ce qu’on a dit de lui dans le ciel, je crains avoir trop tardé à courir à son secours et qu’il soit égaré. Or va et l’aide de ton verbe orné et fais ce qui convent à son salut afin que j’en sois par toi rassurée. Je suis Béatrice, qui lors t’envoie je viens d’un lieu qu’on quitte à contrecoeur amour me motive et me fait parler. Lorsque je serai devant mon Seigneur, je me louerai de toi souvent à Lui ». Lors elle se tut et je commençai : « Ô femme dont par la seule vertu l’espèce humaine s’élève au-dessus du cercle qui entoure cette Terre, Ton commandement tant m’est agréable que déjà il me tarde d’obéir point n’est besoin d’en dire davantage. Mais dis-moi donc pourquoi tu ne redoutes de descendre ici en bas dans ce cercle de là-haut, où de remonter tu brûles ». « Puisque tu veux en savoir davantage, je te dirai en bref » répondit-elle « pourquoi je ne crains pas d’ici venir. On ne doit appréhender que les choses qui ont le pouvoir de faire du mal non les autres, qui ne sont pas terribles. Par sa grâce m’a ainsi faite Dieu telle que votre peine ne m’atteint ni ne m’assaille le feu de ce lieu. La sublime reine du ciel s’émeut de cet empêchement où je t’envoie tant qu’elle a adouci ton jugement. Elle appela Lucie en sa présence et lui dit « Or ton fidèle a besoin de toi et à toi je le recommande » Lucie, l’ennemie de tous les méchants, s’en vint à l’endroit où j’étais assise à côté de Rachel la vénérable. Et dit : « Béatrice, gloire de Dieu, va secourir celui qui t’aima tant qu’il se hissa au-dessus du commun. N’entends-tu pas l’angoisse de ses pleurs ? Ne vois-tu pas qu’il affronte la mort comme sur fleuve en crue défiant la mer ? » Jamais on ne vit gens aussi rapides à faire leur gain ou à fuir leur perte, que moi après telles exhortations. Je vins là-bas descendant de mon siège comptant sur ton discours vertueux et sage qui t’honore et ceux qui l’ont entendu » Après qu’elle m’eut expliqué cela, elle tourna ses yeux brillants de larmes ce qui me fit venir d’autant plus vite. Je vins à toi comme elle le voulut, et te retirai de devant ce fauve qui te bloquait le chemin du bel mont. Donc, qu’y a t-il ? Pourquoi, pourquoi hésiter? Pourquoi tant de lâcheté dans ton coeur, pourquoi n’as-tu pas hardiesse et courage, puisque trois femmes bénies entre toutes prennent soin de toi dans la cour du ciel et mon discours te promet tant de bien ?» Ainsi que les petites fleurs fermées par le gel nocturne, au soleil levant se dressent sur leur tige puis éclosent, ainsi je fis de ma vertu lassée, une nouvelle ardeur me vint au coeur et je commençai avec hardiesse : « Oh qui me secourut compatissante ! Et toi gentil qui sitôt obéis aux paroles franches qu’elle te dit. Tu m’as tellement disposé le coeur à venir avec tes belles paroles que j’en suis revenu à mon projet. Allons donc, d’une seule volonté, toi le guide, le seigneur et le maître » Ainsi lui dis-je et dès qu’il avança, j’entrai dans le chemin sombre et sylvestre.



Poème posté le 25/04/18 par Licornou


 Poète
Dante ALIGHIERI



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.