Accueil

Préludes
par Jakolarime


Un regard enfiévré, initiale caresse, Fait de la chambre un temple et du lit un autel. Ce cantique muet de l’érotique messe Lance la liturgie de l’office sensuel. Mes mains effleurent ton visage ; Tes doigts visitent mes cheveux Premiers frissons du doux orage Des attouchements voluptueux. Anxieuses de marquer toute terre conquise Nos lèvres éperdues se cherchent en tremblant. Leurs feux changent soudain en brasier la banquise, Milles fois séparées, mille fois se soudant. Ô langue folle, âpre volute, Ô merveilleux affrontement ! C’est moi en toi en cette lutte Du tout premier envoûtement. Au milieu de ce train d’ondes enchanteresses Nos mains gagnent encor des sites inconnus, Molles chairs s’érigeant en raides forteresses Sous les fins vêtements où elles s’insinuent. Soit qu’ils enserrent ou bien pénètrent Nos mains sont chienne, et nos doigts loup Annonçant l’heure où nos deux êtres S’engloutiront je ne sais où. Ma bouche accueille enfin ce que j’offre à ta bouche, Capte l’aigre bouquet de saveurs épicées Qui flotte obstinément à l’entour de la couche Où pulsent doucement nos deux corps inversés. Tambours sensibles et voiles tendres Nos peaux amorcent la fusion Où toi et moi allons nous prendre En la perverse communion.<br>

Novembre 1992

Poème posté le 12/11/08


 Poète
Jakolarime



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.