Accueil

Mer Rouge
par Jakolarime


Je ne laisserai pas, sur la grève éclatante, La trace de mon pas accablé de chagrin. Je ne chercherai pas, dans cette eau transparente, Le sourd frémissement du monde sous–marin. Je laisse au madrépore, aux algues gracieuses Mollement agitées par les tièdes courants, La mission de veiller vos dépouilles précieuses Et de puiser leur vie dans vos restes gisants. C’est tout au fond de moi, pour un autre séjour, Que votre âme chérie a fixé sa demeure. Ma pensée vous y trouve, et la nuit, et le jour, Et vous y resterez jusqu’à ma dernière heure. Mais quel crime odieux se paie de tant de peine ? Vous ai–je assez aimés ? Vous l’ai–je dit souvent ? Mille questionnements m’assaillent en antienne… Pourquoi vous ? Pourquoi moi ? Et pourquoi maintenant ? Je n’ai plus que mon cri à lancer jusqu’aux nues. Et mes pleurs pour couvrir les pages restées vides Du livre de vos vies trop tôt interrompues, Éteintes à jamais au fond des flots sans rides. Ah ! que n’ai-je la foi d’en appeler au Père, Qui m’aurait tant donné, et me reprendrait tant ! Quelle grâce pourrait déchirer le mystère Qui me broie aujourd’hui d’un malheur écrasant ?

A la mémoire d'amis victimes de l'accident aérien de Sharm-el-Sheik, décembre 2003.

Poème posté le 21/11/08


 Poète
Jakolarime



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.