Accueil
Poésie d'hier / La Sorella dell' amore
Poésie d'hier / La Sorella dell' amore
Poésie d'hier / La Sorella dell' amore

La Sorella dell' amore
par Emile NELLIGAN


Mort, que fais-tu, dis-nous, de tous ces beaux trophées De vierges que nos feux brûlent sur tes autels ? Réponds, quand serons-nous pour jamais immortels Aux lumineux séjours des célestes Riphées ? J'eus vécu l'Idéal. Au paradis des Fées Elle était !... Je ne sais, mais elle avait de tels Yeux que j'y voyais poindre, aux soirs, de grands castels Massifs d'orgueil parmi des parcs et des nymphées... Ma chère, il est vesprée, allons par bois, viens-t'en, Nous suivrons tous les deux le chemin brut et rude Que tu sais adjoignant la chapelle d'Antan. Ma voix t'appelle, ô soeur ! mais ta voix d'or m'élude, Lucile est morte hier, et je sanglote, étant Comme une cloche vaine en une solitude.






Nelligan, Émile, 1879-1941
Poésies complètes
Dépôt légal : © 2002 Éditions TYPO
Bibliothèque et Archives nationales du Québec
ISBN 2-89295-149-6


Poème posté le 08/10/20 par Claudel


 Poète
Emile NELLIGAN



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.