Accueil
Poésie libre / Les chrysantèmes
              
Poésie libre / Les chrysantèmes
         
Poésie libre / Les chrysantèmes

Les chrysantèmes
par Onimaru


Nous sommes habile poison au dernier moment de notre Hamlet ! Chaque souffle me pèse, ensorcelé par le chant des 3 fileuses. L’une d’elle alète, l’autre arpente, et toi, tu t’alites au bras d’un mort Tu me berces, comme l’oubli emporte, aux derniers instants de ce corps. Vois cette infecte blessure dans ce miroir aimant et si peu prévoyant. J’aurais voulu me dénuder de l’illusion agréable de tes promesses pieuses Car enfant j’aurais pu encore dévier l’épée, mais mon esprit c’est enivré De tes caresses chaleureuses, dissimulant le couteau comme un baiser glacé. La fin sera heureuse, car poison délicieux, j’aurais dans ma torpeur Moins de rancœur de connaître maintenant ton sort de plante venimeuse Car si ta main est l’ombre dans mes ténèbres, la lumière aveuglante De mes audaces, tu es part de moi, et de moi tu pars sans douleur violente. Tu vois douce vie, légère, mon Ophélie je te décède Et comme toute chose ici, à ta folie…les fleurs succèdent.



Poème posté le 04/10/11


 Poète
Onimaru



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.