Accueil
Poésie d'hier / Sonnet
              
Poésie d'hier / Sonnet
         
Poésie d'hier / Sonnet

Sonnet
par Paul VALERY


Je t'aime, toi... Mais ne va point me plaindre, Arbre de vie aux fruits délicieux, Puisque ta forme et ses dons précieux Sur tous mes cieux ne cessent de se peindre. Oui, tous mes jours... Mais les nuits le font mieux : A peine vient ma lampe de s'éteindre L'ombre s'éveille, et mes regards de feindre Ce qu'ils verraient et virent dans tes yeux. L'obscurité m'ouvre ta chambre claire Où si souvent ton sourire m'apprit A t'inventer ce qui pourrait te plaire... Ô pour ma soif de toi seule et d'esprit Est-il au monde une autre récompense Qu'être à nous deux la tendresse qui pense ?

Corona et Coronilla - Poèmes à Jean Voilier – Éditions de Fallois - 2008

Poème posté le 11/07/21 par Jim



.