Accueil
Poésie d'hier / Sonnet XLVI
           
Poésie d'hier / Sonnet XLVI
       
Poésie d'hier / Sonnet XLVI

Sonnet XLVI
par Francesco PETRARCA (Pétrarque)
Highslide JS
par Jim

Laure de Noves par Auguste OTTIN
Illustration proposée par Jim

Notice: Undefined variable: connecte in /home/rickways/lespoetes.net/poeme.php on line 267


L'oro e le perle, e i fior vermigli e i bianchi, che 'l verno devria far languidi e secchi, son per me acerbi e velenosi stecchi, ch'io provo per lo petto e per li fianchi. Perὁ i di miei fien lagrimosi e manchi ; ché gran duol rade volte aven che 'nvecchi. Ma piủ ne 'ncolpo i micidiali specchi, che 'n vagheggiar voi stressa avete stanchi : questi poser silenzio al signor mio, che per me vi pregava, ond'ei si tacque, veggendo in voi finir vostro desio ; questi fuôr fabbricati sopra l'acque d'abisso, e tinti ne l'eterno oblio ; onde 'l principio de mia morte nacque. $$$$$ L'or et les perles, les fleurs blanches, les vermeilles que l'hiver devrait rendre languides et sèches, sont dards pour moi, irritants, venimeux, que je ressens au cœur et dans les flancs ; mes jours seront pleins de pleurs et tronqués, car un grand deuil rarement peut vieillir. Mais plus me plains des meurtriers miroirs qu'avez lassés en vous flattant vous-même. Ceux-ci ont imposé silence à mon seigneur qui pour moi vous priait : et il se tut voyant en vous finir votre désir. Ils furent fabriqués auprès des eaux de l'abîme et trempés en l'éternel oubli : de là est né le début de ma mort.

Dal canzoniere / Le Chansonnier – Partie I
Trad. : Gérard Genot
Ed. : Aubier – Flammarion - 1969


Poème posté le 01/10/21 par Jim



.