Accueil
Poésie d'hier / Sonnet
              
Poésie d'hier / Sonnet
         
Poésie d'hier / Sonnet

Signaler un contenu inaproprié.

Sonnet
par Laurent TAILHADE


Ne descendez jamais, ô poètes, mes frères, Laissez aux manants vils le vin des cabarets Et les sales amours qui flétriraient voc traits. Laissez, malgré l'horreur de fortunes contraires, Au fond des carrefours par la Lune éclairés Que hantent dans la nuit d'infâmes stercoraires, Sous les pâles fanaux aux lueurs funéraires, Les filles vous offir leurs flancs déshonorés. Restez purs et soyez dignes de la cithare. Comme un vin précieux enclos dans un canthare Superbe où resplendit la beauté des métaux. Dans votre corps d'ivoire orgueilleusement chaste Gardez pieusement l'esprit enthousiaste, Debout, sur la hauteur de vos saints piédestaux.

- Le jardin des rêves (1880) - Ed.: Orphée, La Différence

Poème posté le 06/10/22 par Jim

Ce poème a été vérifié et le contenu authentifié.



.