Accueil
Poésie d'hier / Pasiphaé
              
Poésie d'hier / Pasiphaé
         
Poésie d'hier / Pasiphaé

Pasiphaé
par Théodore DE BANVILLE


Hic crudelis amor tauri, suppostaque furto Pasiphaë… Virgile, Enéide, liv. VI. Ainsi Pasiphaé, la fille du Soleil, Cachant dans sa poitrine une fureur secrète, Poursuivait à grands cris parmi les monts de Crète Un taureau monstrueux au poil roux et vermeil, Puis, sur un roc géant au Caucase pareil, Lasse de le chercher de retraite en retraite, Le trouvait endormi sur quelque noire crête, Et, les seins palpitants, contemplait son sommeil ; Ainsi notre âme en feu, qui sous le désir saigne, Dans son vol haletant de vertige, dédaigne Les abris verdoyants, les fleuves de cristal, Et, fuyant du vrai beau la source savoureuse, Poursuit dans les déserts du sauvage Idéal Quelque monstre effrayant dont elle est amoureuse.

in Les Exilés, 1890

Poème posté le 06/01/23 par Salus

Ce poème a été vérifié et le contenu authentifié.


 Poète
Théodore DE BANVILLE



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.