Accueil
Poésie d'hier / L'espérancce
              
Poésie d'hier / L'espérancce
         
Poésie d'hier / L'espérancce

Signaler un contenu inaproprié.

L'espérancce
par Marceline DESBORDES-VALMORE


Comme une vaine erreur, Comme un riant mensonge, S'évanouit le songe Qui faisait mon bonheur. Ô douce chimère ! Si tu fuis sans retour, Dans ta course légère Emporte mon amour ! Ce tendre sentiment, Cette aimable folie, Ce charme de ma vie, Sans toi n'est qu'un tourment. Ô douce chimère ! Si tu fuis sans retour, Dans ta course légère Emporte mon amour. Déjà, pour me punir D'avoir été trop tendre, Je consens à te rendre Un si cher souvenir. Ô douce chimère ! Si tu fuis sans retour, Dans ta course légère Emporte mon amour. Que voulez-vous de moi, Raison trop inflexible ? Tourment d'un cœur sensible, Je cède à votre loi. Ô douce chimère ! Si tu fuis sans retour, Dans ta course légère Emporte mon amour. Marceline Desbordes-Valmore

Recueil Romances (1830)

Poème posté le 12/03/23 par Lou


 Poète
Marceline DESBORDES-VALMORE



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.