Accueil
Poésie d'hier / Ce vœu dur qui dans le cœur m'entre
              
Poésie d'hier / Ce vœu dur qui dans le cœur m'entre
         
Poésie d'hier / Ce vœu dur qui dans le cœur m'entre

Signaler un contenu inaproprié.

Ce vœu dur qui dans le cœur m'entre
par Arnaut DANIEL


Ce vœu dur qui dans le cœur m'entre Nul bec ne peut le déchirer, ni ongle De lausengier qui médisant perd l'âme ; Et ne l'osant battre à branche ou à verge, Secrètement là où il n'y a point d'oncle, J'aurai ma joie en verger ou en chambre. Quand je me souviens de la chambre Où à mon dam je sais que pas un n'entre, Tant me sont durs plus que frère ni oncle, Nul membre n'ai qui ne tremble, ni d'ongle, Plus que ne fait l'enfant devant la verge : Telle est ma peur de l'avoir trop dans l'âme. Puisse-t-elle de corps non d'âme Me recevoir en secret dans sa chambre ! Car plus me blesse au cœur que coup de verge Si qui la sert là où elle est ne rentre ! Toujours serai pour elle chair et ongle Et ne prendrai conseil d'ami ni d'oncle. Et jamais la sœur de mon oncle Je n'aimai plus ni tant, de par mon âme ! Et si voisin que l'est le doigt de l'ongle, Je voudrai être à son gré dans sa chambre ; Plus peut Amour qui dans le cœur me rentre Faire de moi qu'un fort de frêle verge. Car depuis que fleurit la verge Sèche et qu'Adam légua neveux et oncles, Si fine amour qui dans e cœur me rentre, Ne fut jamais en corps, ni même en âme ; Ou qu'elle soit, dehors ou dans sa chambre, Mon cœur y tient comme la chair à l'ongle. Car ainsi se rend et s'énongle Mon cœur en elle ainsi qu'écorce en verge ; Elle est de joie tour et palais et chambre, Et je ne prise autant parent ni oncle : Au ciel j'aurai deux fois joyeuse l'âme, Si jamais nul, de trop aimer, n'y entre. Arnaut envoie sa chanson d'ongle et d'oncle A celle qui de sa verge a pris l'âme, Son Désiré, dont le Prix en chambre entre. $$$$$$$$$$ Lo ferm voler qu'el cor m'intra No'm pot ges bècs escroissedre ni ongla De lausengièr qui pèrd per mal dir s'arma ; E car non l'aus batr' ab ram ni ab verga, Sivals a frau, lai ont non aurai oncle, Jausirai joi en vergièr o dons cambra. Quand mi sovén de la ambra Ont a mon dam sai que nulhs om nonn itra Ans me son tuch plus que fraire ni oncle, Non ai membre no'm fremisca, neis l'ongla, Aissi com fai l'énfas denant la verga : Tal paor ai no'l sia trop de l'arma. Del cors li fos, non de l'arma, E consentis m'a celat dins sa cambra ! Que' plus mi nafra'l cor que colps de verga Car lo sieu sèrs lai ont ilh es non intra ; Totz temps serai ab lieis com carns et ongla, E non creirai chastic d'amic ni d'oncle. Anc la seror de mon oncle Non aiméi plus ni tant, per aquest' arma ! Qu'aitan vesins com es lo detz de l'ongla, S'a lieis plagués, volgre'esser de sa cambra ; De mi pot far l'amors qu'ins el cor m'intra Mielhs a son vol qu'om fortz de frével verga. Anc flori la saca verga Ni d'En Adam mogron nebot ni oncle, Tant fin'amors com cela qu'el cor m'intra Non cug fos anc en cors ni eis en arma ; Ont ilh estei fors en plaç' o dins cambra, Mos cors no's part de lieis tant com ten l'ongla. Qu'aissi s'emprén e s'enongla Mos cors en lei com l'escorç' en la verga ; Qu'ilh m'es de joi tors e palatz e cambra, E non am tant fraire, prent ni oncle : Qu'en aradis n'aurà doble joi m'arma, Si jà nulhs om per ben amar lai intra. Arnautz tramer sa chançon d'ongl' e d'oncle, A grat de lieis que de sa verg' a l'arma, Son Desirat (*), cui prètz en cambra intra. (*) Ce senhal – signature / signal - désigne probablement son ami le troubadour Bertrand de Born, plutôt que la mystérieuse dame désirée.

Sextine d'Arnaut Daniel, son trouveur, in "Fin' amor et folie du verbe" - Arnaut Daniel
Trad. : Pierre Bec
Ed. : fédérop - 2012


Poème posté le 11/06/23 par Jim


 Poète
Arnaut DANIEL



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.