Accueil
Poésie libre / Les derniers mots d'une statue
           
Poésie libre / Les derniers mots d'une statue
       
Poésie libre / Les derniers mots d'une statue

Les derniers mots d'une statue
par Athor


par Athor


Que vais-je écrire sur ma peau ? Pourrais-je dire que mes os qui poussaient là hier sous ma chair, étaient déjà rongés. Pourrais-je dire de ces os, qu’ils me supportent avec des pas d’oiseau ? Et qu’ils me traînent et vous trahissent. Et que toujours le mensonge, se donne bonne mine ? C’est vrai ! Les mots s’ajoutent à tous les maux, tandis que chacun d’eux, s’ajoute au chant de l’invisible que nous sommes. Déjà demain sera un autre jour, et puis un autre mois et puis un autre hiver. On sait dans notre tête, l’odeur des feuilles mortes et celle de la pluie. On sait aussi tous les silences de la nuit. On sait entre les mots les larmes d’autres mondes. On s’imagine seul, heureux, beau, tendre et fidèle, au milieu de nos morts. Et voilà le voyage, station bye-bye, et y’en a qu’un seul qui descend, tout au bout de la ligne. Juste le temps de se saper, avant de s’endormir. Restera-t-il encore assez de ce temps là, pour regretter les larmes, que je n’aie pas voulues finir ?

Texte poétique dit par son auteur Jacques Gourvennec<br />
Pour visiter son site ; http://2ls.perso.neuf.fr/


Poème posté le 07/07/12



 Poète ,
 Interprète
Athor



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.