Accueil
Poésie d'hier / La sagesse des griffons
              
Poésie d'hier / La sagesse des griffons
         
Poésie d'hier / La sagesse des griffons

Signaler un contenu inaproprié.

La sagesse des griffons
par Anatole FRANCE


QUAND, au retour du bal, elle laissa fléchir Dans le fauteuil ancien sa grâce maladive, Sa bouche en souriant fit entendre un soupir. Les roses s’effeuillaient sur sa tête pensive, Où murmurait encor l’âme des violons. Son pied avait parfois un spasme mélodique ; Le mouchoir de dentelle au bout de ses doigts longs Glissait ; et sur les bras du fauteuil héraldique Ses bras minces et chauds s’étendaient mollement ; Nus, ils laissaient glisser le fragile corsage, Et sur le sein, après chaque soulèvement, L’ombre où meurent les fleurs se creusait davantage Dans sa chair, d’un blanc mat comme le camélia. Mais, me tendant ses bras, lianes odorantes, Lentement sur mon col, douce, elle les lia, Et soupira : Toujours ! de ses lèvres mourantes. Sur sa tête d’enfant penchée au poids des fleurs, Le dossier droit et haut montait lourd de ténèbres, Et là, debout, pleins d’ombre et de vagues lueurs, Les griffons lampassés prenaient des airs funèbres ; Car sans doute ils songeaient, sous leur vieux front plissé, A tout ce qu’avaient vu jadis leurs yeux de chêne, Aux bras évanouis des nuits du temps passé Qui tous voulaient jeter une éternelle chaîne, Insensés ! sur le col docile de l’aimé, Ne sachant pas qu’au fond des cryptes ténébreuses, Tout seuls, pliés en croix sur le sein accalmé, Ils s’en iraient où vont les bras des amoureuses. Car les griffons, debout sur le cimier ducal. Graves et vieux témoins de nos brèves chimères, S’étaient enfin lassés d’entendre, après le bal, Les serments éternels des bouches éphémères.

In IDYLLES ET LEGENDES
Juin 1865


Poème posté le 21/09/23 par Rickways


 Poète
Anatole FRANCE



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.