Accueil
Poésie d'hier / Ballade XXIV
              
Poésie d'hier / Ballade XXIV
         
Poésie d'hier / Ballade XXIV

Signaler un contenu inaproprié.

Ballade XXIV
par Charles d'ORLEANS


En regardant vers le pays de France, Ung jour m’avint, à Dovre sur la mer, Qu’il me souvint de la doulce plaisance Que souloie oudit pays trouver ; Si commençay de cueur à souspirer, Combien certes que grant bien me faisoit De veoir France que mon cueur amer doit. Je m’avisay que c’estoit non savance De telz souspirs dedens mon cueur garder, Veu que je voy que la voye commence De bonne paix, qui tous biens peut donner ; Pource, tournay en confort mon penser, Mais non pourtant, mon cueur ne se lassoit De veoir France que mon cueur amer doit. Alors chargay en la nef d’Esperance Tous mes souhays en leur priant d’aler Oultre la mer, sans faire demourance, Et à France de me recommander. Or nous doint Dieu bonne paix sans tarder, Adonc auray loisir, mais qu’ainsi soit, De veoir France que mon cueur amer doit. ENVOI. Paix est tresor qu’on ne peut trop loer, Je hé guerre, point ne la dois prisier, Destourbé m’a long temps, soit tort ou droit. De veoir France que mon cueur amer doit.

Poésies complètes, Texte établi par Charles d’Héricault, Ernest Flammarion, 1915

Poème posté le 24/10/23 par Saintes

Ce poème a été vérifié et le contenu authentifié.



.