Accueil
Poésie d'hier / Quand je serai un Turc...
              
Poésie d'hier / Quand je serai un Turc...
         
Poésie d'hier / Quand je serai un Turc...

Signaler un contenu inaproprié.

Quand je serai un Turc...
par Pierre de RONSARD


Quand je serois un Turc, un Arabe, ou un Scythe, Pauvre, captif, malade, et d’honneur dévestu, Laid, vieillard, impotent, encor’ ne devrois-tu Estre, comme tu es, envers moy si dépite.   Je suis bien asseuré que mon cœur ne merite D’aimer en si bon lieu, mais ta seule vertu Me force de ce faire ; et plus je suis batu De ta fiere rigueur, plus ta beauté m’incite.   Si tu penses trouver un serviteur qui soit Digne de ta beauté, ton penser te deçoit, Car un dieu (tant s’en-faut un homme) n’en est digne.   Si tu veux donc aimer, il faut changer de cœur : Ne sçais-tu que Venus (bien qu’elle fust divine) Jadis pour son amy choisit bien un pasteur ?

Ce sonnet appartient au second livre des Amours,
surnommé "Amours de Marie" et publié en 1556.
Il serait destiné à Marie Dupin pour l'assurer de son amour.


Poème posté le 03/03/24 par Kerdrel


 Poète
Pierre de RONSARD



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.