Accueil
Poésie d'hier / Sonnet LXI
              
Poésie d'hier / Sonnet LXI
         
Poésie d'hier / Sonnet LXI

Signaler un contenu inaproprié.

Sonnet LXI
par Francesco PETRARCA (Pétrarque)


Benedetto sia ’l giorno, e ’l mese, e l’anno, e la stagione, e ’l tempo, e l’ora, e ’l punto, e ’l bel paese, e ’l loco ov’io fui giunto da’ duo begli occhi che legato m’hanno; 5e benedetto il primo dolce affanno ch’i’ebbi ad esser con Amor congiunto, e l’arco, e le saette ond’i' fui punto, e le piaghe che ’nfin al cor mi vanno. Benedette le voci tante ch’io 10chiamando il nome de mia donna ho sparte, e i sospiri, e le lagrime, e ’l desio; e benedette sian tutte le carte ov’io fama l’acquisto, e ’l pensier mio, ch’è sol di lei, sì ch’altra non v’ha parte. ££££££££££ Que béni soit le jour et le mois et l'année, la saison et le temps, l'heure et l'instant, le beau pays, le lieu où fus atteint par deux beaux yeux qui m'ont tout enchaîné ; et béni soit le premier doux tourment que j'eus étant à l'Amour attaché, l'arc et les traits dont je fus transpercé, et les plaies qui me vont jusques au cœur. Bénis les mots en grand nombre que je, clamant le nom de ma Dame, épandis, et les soupirs, les larmes, les désirs ; et bénies soient toutes les écritures où renom lui acquiert, et ma pensée seulement sienne et dont autre n'a part.

Dal canzoniere – Le chansonnier - PARTIE 1
Traduction : Gérard Genot
AUBIER – FLAMMARION – 1969


Poème posté le 08/03/24 par Jim



.