Accueil
Poésie d'hier / L'amant – XXXVII
              
Poésie d'hier / L'amant – XXXVII
         
Poésie d'hier / L'amant – XXXVII

Signaler un contenu inaproprié.

L'amant – XXXVII
par Christine de PISAN


Si me tiens gay, renvoisié, plain de joye, Cause ay pour quoy, car dame ay, belle et bonne, Qui son vray cueur, ce dist elle, me donne. C'est riche don que vraie amour m'envoye, Sienne mercis, car se j'estoye sire De tout le mond, me devroit il souffire D'elle estre amez, car c'est la souveraine Des tres meilleurs, nulle autre ne la passe, C'est mon tresor, ma deesse mondaine, N'oncques ne vy chose que tant amasse. Et, quant present elle suis, tant m'esjoye Son tres plaisant regart qu'il n'est personne Qui le pensast, et s'elle m'araisonne, Son doulx parler et sa maniere coye, Son tres biau corps, son vis, son tres doulx rire, Son gentil port, son maintien, a tout dire Tant m'agreent qu'il n'est douleur ne peine Qui me peüst grever en cel espace. Lors mon regart de s'i mirer se peine, N'oncques ne vy chose que tant amasse. Hé ! Dieux me doint tenir chemin et voye Tel qu'a tousjours elle, a qui m'abandonne, M'ayme ensement ; si aray la couronne Des eüreux amans qu'Amours resjoye. Puis qu'a ami il lui plaist moy eslire, N'ay je pas dont tout quanque je desire ? Que me fault il, mais que Dieu la lait saine ? J'ay tout acquis puis que suis en sa grace S'en suis plus liez que Paaris n'iert d'Helaine N'oncques ne vy chose que tant amasse. Ha ! Doulce fleur, ma princesse haultaine, Aimez moy bien, d'amour qui ja ne passe, Car plus vous ayme que moy, chose est certaine, N'oncques ne vy chose que tant amasse. $$$$$$$$$$ Si gai me tiens, réjoui, plein de joie, La raison en est que j'ai dame belle et bonne, Qui son vrai cœur, dit-elle, me donne. C'est riche don que l'amour vrai m'envoie. A lui mille mercis, car si j'étais le sire De tout le monde, il me devrait suffire D'être aimé d'elle, car elle est la souveraine De toutes les meilleures, aucune ne la passe, Elle est mon trésor, ma déesse en ce monde, Jamais ne vis chose qu'autant j'aimasse. Et quand près d'elle suis, tant m'éjouis Son très plaisant regard, qu'il n'est personne Qui le pensât, et si elle m'interpelle, Son doux parler et sa manière discrète, Son très beau corps, son visage, son très doux rire, Son noble port, son maintien, à tout dire Tant m'agréent qu'il n'est douleur ni peine Qui ne peuvent me nuire en ce lieu, Lors mon regard de s'y mirer s'efforce, Jamais ne vis chose qu'autant j'aimasse. Hé ! Dieux me montre quel chemin tenir et voir Tel qu'a toujours elle, à laquelle m'abandonne, M'aime également ; oui j'aurai la couronne Des heureux amants qu'Amour réjouit. Puisqu'à ami il lui plaît de m'élire, N'ai-je donc pas tout ce que je désire ? Que me faut-il, sinon que Dieu la laisse saine ? J'ai tout acquis puisqu'en sa grâce suis Lui étant plus lié que Pâris fut d'Hélène, Jamais ne vis chose qu'autant j'aimasse. Ha ! Douce fleur, ma princesse hautaine, Aimez-moi bien d'amour qui jamais ne passe, Car plus que moi vous aime, la chose en est certaine, Jamais ne vis chose qu'autant j'aimasse.

Trad. : Jim
Cent ballades d'amant et de dame – Christine de Pizan
NRF / Poésie / Gallimard - 2019


Poème posté le 23/06/24 par Jim


 Poète
Christine de PISAN



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.