Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / DESTIN / Carlos Mouraria

              
Thème du mois / Tous les thèmes / DESTIN / Carlos Mouraria

         
Thème du mois / Tous les thèmes / DESTIN / Carlos Mouraria


Signaler un contenu inaproprié.

Carlos Mouraria
par Automnale


C'était un gamin de la serra, Il s'appelait Carlos Mouraria. Pour qu'il puisse manger à sa faim, Sa mère faisait tourner les norias, En chantant la destinée, a capella. Dans la poussière des chemins, Il rêvait de fleurs d'amandiers sur ses petits matins, De la mer de paille, de lèvres de corail, De la légèreté du vinho verde Sur sa vie de va-nu-pieds. Sous sa peau, couraient le rythme des sambas de Rio, La mélancolie de la poésie du fado, La voile noire du rabelo Frémissant autrefois au pays du Douro, La volupté. Oh ! Ce n'est pas que la misère soit aimantée, Mais il choisissait, pour amis, les mendiants, Ces baladins sans soleil couchant, Des veuves de paradis, des grenadiers, Des amarantes enflammées. A la saison des cimetières, Il jetait, sur les vagues funéraires, Les cercueils vides des marins péris en mer. A chaque disparu, il offrait Une larme d'orange amère. Sous sa peau, couraient le rythme des sambas de Rio, La mélancolie de la poésie du fado, La voile noire du rabelo Frémissant autrefois au pays du Douro, La volupté. Je le vis une dernière fois, Dans une boîte à matelots, une boîte à couteaux, Caressant sa guitare Pour une émouvante chanteuse de fado Aux couleurs du rabelo. Un batelier les retrouva enlacés, Assassinés, Dans une ruelle assoiffée de Lisboa. La diva portait, sur son coeur ensanglanté, Une fraîche fleur d'amandier. C'était un gamin de la serra, Il s'appelait Carlos Mouraria. Automnale



Poème posté le 20/05/09


 Poète
Automnale



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.