Accueil FORUM Inscription/connexion
Poésie libre / Le slam de la femme inconnue
Poésie libre / Le slam de la femme inconnue
Poésie libre / Le slam de la femme inconnue

Le slam de la femme inconnue
par Cometehayley


Mes hommages à vous tendres Dames, A toi, Ma Belle, ma Sœur, ma Déesse. A vous mon premier slam, Ils dament les pions du jeu, Mon premier souffle, Slam, Et mon premier émoi, de femmes. Slam, en l’honneur de toutes les femmes inconnues, Je clame à coups de slam, mon amour, Et mon âme, Slam, honneur à vous, gente Dame, Reine, princesse, sage-femme, Galère, pour Elles, sur cette terre, Elles rament la vie comme je rame les mots, Et poure Elles, je brame, slam, À la forêt de mon désir, De liberté et de justice. Oh toi, filles d’Abraham ! Gente damoiselles, aux seins douloureux Et au ventre qui porte fruits. Mères des hommes, Prostituées d’Amsterdam, Femmes battues, Demoiselles en pleurs, Bienheureuses ou malheureuses, Vierges fidèles, femmes mutilées, Compagnes d’infortune, Epouses violées, souffrantes, Fillettes, adolescentes, En mal d’existence. Mamans tendres et présentes, Sœurs violentées, gouines et saintes, Filles de rien, femme de tout Femmes de tous … Femme merveilleuses, Pleine de grâces, Fécondée par l’infini, Etreinte d’Eternité, Vierge noire, vierge pure, vierge consacrée, Toi l’X Inconnue, des matheux et des philosophes, Toi l’X chromosomiques, des biologistes, L’X des pornographies et des épouses trompés. Ma peau squame et mue de slam en slam, Pour toi la femme, ma drogue, ma déesse, Ma came pour toujours. Et là, Léon ton souteneur, véreux, Prie à genoux sur ton caveau trop froid. Et moi, sur ta tombe, Mère des vivants, Je proclame à coups de slams, que tu es La femme inconnue, l’Amazone, Qui sommeille en chacune de nous. La femmes que Péguy chanta, Eve,Êva, Mère d’une humanité errante, Celle que Dieu rêva. Je veux par ce slam, Allumé la slamme de Celle qui, Est l’origine et l’avenir de l’homme, Slam pour l’âme de toute l’humanité. Un slam qui slash, brise les mots, Qui flashe mots, Aux maux du corps, corps à corps. Un smash violent qui écrase les phrases, Au tennis des teenagers frappés de vie, Comme de mort. Suicide, automutilation, douleurs, Toxicomanie, comme symptômes D’une société malade. Ils slam à coups de couteaux, Slam à coups d’overdoses, Ils Slam comme nausée violente, Qui remonte des égouts. Ils slam, lames de rasoir, Ils slam à coups de seringues, À coup de graffitis, rabâchant La colères, la tristesse, les violences. Ils slam des smashs, et Masturbe le slam à coups de poignet, L’homme c’est un spam, Un mâle au milieu de mes mails, Machisme et compétition, Lutte des sexes, rififi pointus et creux. Match qui oppose deux réalités, Complémentaires, hommes et femmes Sur le grand ring du monde, désirs, Aux rythmes de nos pulsations. L’homme est un loup au milieu des loups, Des phallocrates et des sexistes, Entre l’infâme et la femme, Entre le blâme et la récidive, L’homme c’est un spam, Un mâle au milieu de mes mails. Slalom entre le bien et les mâles, Comme une épreuve de vie al pine , Entre sexes et genres, Slam Une descente sinueuse au purgatoire, Avec passages obligatoires, Slam entre contradictions, Politique, économique, Sociales et religieuses ... La vie est un slam comme Une course de slalom, géante, Comportant des franchissements De mille portes fermées, slam. Faire l’Amour au vent, Faire l’Amour au temps, La femme ne peut AIMER, Qu’en esprit et en Vérité. Parcours simiesques et sinueux entre des obstacles, Entre le big bang et la fin, Zigzag, slam et slalom entre les gouffres, Sal’ homme comme squales rapaces, Shalom à vous les pauvres, Shalom à vous les femmes, La vie est comme un drame, La vie est comme un slam. Je suis comme SDF, Sur la trame du tram, je suis femme, tox à fond la vie, Slam à fond de caisse, Slam des victimes, Slam . Elle n’est pas sale, n’est pas de l’Islam, Elle est slammeuse, Au bord de la Meuse, Pour le meilleur et pour l’infect, Slameuse, lesbienne, et Fière de l’être. Y’a pire Slam, que ceux qui sont dévorés Par les flammes du silence, muets de mille Internements, enfermement. Slam secrets ! Plus de baîllons, plus de censures, Slam, où les flammes des mots sont incendie; Slam, qui détruit tout ce qui musèle la femme. Slam, tout mon corps est édifice en proie Aux flammes, en souvenir des sorcières, Prophétesses, déesses et prêtresses, Toutes enflammées d’amour. Slam pour femmes ardentes, livrées aux flammes des inquisi - torts, Et aux feux de l'enfermement. Oui, par ce Slam, je voudrais ranimer la flamme, Sur vos tombes oubliées, femmes perdues, Vous les soldates inconnues. Et de slam en slam, de mots en maux, Peut-être aurais-je un jour, qui sait, La S’lamme olympique de la poésie, Ou bien le prix Nobel du Slam de la Paix. Hayley



Poème posté le 21/02/08


 Poète
Cometehayley



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.