Accueil
              
         

Abîme
par Solene


Peut être voyait elle Depuis longtemps déjà Plus loin que les voyelles Cousues à leurs faux pas Peut être connait elle Plus qu'un linge de fleurs Sous la rouille d'une citadelle Sans visage intérieur Peut être savait elle Bien plus que les yeux blancs Qui parlaient pour elle Pauvres de doigts fourrageant Peut être ne laissait elle Qu'une caresse virtuelle Une douceur sans appel Sur un souffle d'ombr'elle Au si peu de clairvoyance Croisée sous les errances Les bouts laids et tendus Sont des haillons en ruth Qu'elle ne regarde plus Au ridicule de la cime L'inutile dore sa frime Belle de son seul abîme...



Poème posté le 25/07/09


 Poète
Solene



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.