Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / CUISINE / Ode pour un dîner foiré

              
Thème du mois / Tous les thèmes / CUISINE / Ode pour un dîner foiré

         
Thème du mois / Tous les thèmes / CUISINE / Ode pour un dîner foiré

Ode pour un dîner foiré
par Phargous


Il faut bien choisir ses convives, Pour réussir un bon dîner, Faut réunir les forces vives, Et bien placer ses invités, Voici maintenant quelques exemples, Qu’il faut surtout bien éviter, Pour être sur d’avoir une chance, De faire l’unanimité. Il y a les couples très amoureux, Se regardant énamourés, Mettant mal à l’aise les petits vieux, Les couples et les retraités, Se pelotant, se tripotant, Tout en oubliant de dîner, Sous les regards envieux, rêvants, De tous les couples attablés. Il y a les couples qui se déchirent, Qui s’engueulent A tout bout de champs, Semant un général délire, Ils font exprès d’être gênant, Car s’ils n’ont rien à se dire, C’est bien comme ça, depuis dix ans, C’est leur manière sélective, Pour vous dire, Qu’ils n’ont pas d’enfants. Il y a le chiant, soporifique, Qui lance des sujets bateaux, Qui crée des vides géographiques, Comme les roulettes de casinos. Parlant du travail, des études, De religion, des jeux radios, Sans arrêt, il vous casse les burnes, Vous poursuivant jusqu’aux fourneaux. Il y a le rigolo, égocentrique, Mais pas le généreux qu’on croit, Cherchant un public éclectique, Pour sortir de l’anonymat, Débitant des histoires débiles, Qu’il nous a rabâché cent fois, Cachant pourtant un grand sensible, Qui nous étonne à chaque fois. Endurcie, la célibataire, Allumant les mecs déjà en mains, Souvent arrogante et amère, Bourrée jusqu’au petit matin, Draguée par le célibataire, Qui épuise tous ses refrains, Devant cette femme sectaire, Ayant toujours le mauvais vin. Il y a la franche mégalomane, Agressive sur tous les points, Sur la robe d’sa voisine, elle bave, Ou la coiffure de son voisin, Ferait mieux d’faire d’la gymnastique, Afin de remonter ses seins, Ou d’la chirurgie esthétique, Pour son sourire chevalin. Il y a la gaffeuse tragi-comique, Qui met toujours les pieds dans le plat, Parlant d’baraques, et de son fric, Et d’son cousin qui est avocat, Avec N’Goté, mon frère d’Afrique, Sans papier, pognon, hors la loi, Désespéré, cherchant asile, Car le carton ; c’est son seul toit. Il y a le vanneur, toujours mesquin, Sa vie est faite de ragots, Qu’il crache comme du venin, Sur tous ceux qui n’ont pas de pot, Il déblatère sur tous les gens, Cherchant encore une victime, Ou un comparse bien obligeant, Peut-être pour s’en faire un intime. Le silencieux ou le timide, Qui ne dit jamais rien sur rien, Celui à qui on peut tout dire, Que l’on prend toujours à témoin, Est-il bête ou bien stupide, Grand surdoué, avec un grain, Bien à l’aise dans son mutisme, De toute façon, on l’aime bien. J’allais oublier, il y a l’artiste, Avec son air prétentieux, Qui a besoin pour qu’il existe, Des tas de regards amoureux, Eperdu de reconnaissance, Parlant de lui pendant des heures, Tremblant des qu’on touche à l’enfance, Il pleure souvent sur ses malheurs. Il faut bien choisir ses convives, Pour réussir un bon dîner, Faut réunir les forces vives, Et bien placer ses invités, Car autrement c’est la débâcle, Austerlitz ou bien Waterloo, Alors là, pas besoin d’oracle, Pour dire, c’est un dîner, dans l’eau.

<br />
Texte Déposé ©


Poème posté le 10/09/09


 Poète
Phargous



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.