Accueil

Du courage
par Didier Viaud


Dans un bar ou deux, pénètre ton orgueil, regarde et vois les fils de ton linceul, les plis de l’arme qui te noie dans un envers de flamme, dors. Jette, rejette le trois de ton père - Berbère à qui de droit - : regarde et vois. Plus rien n’attend qu’un sifflement strident du côté des valets et du côté des rois… Pousse ! pousse le temps, qu’il n’en réclame, qu’il n’en soit plus véhément - le temps -, celui dont on dit qu’il s’en va. Crie ton courage à travers monts et plaines et laisse là toute vallée engloutie, depuis quand ? Depuis aujourd’hui et vis, ris, vis, ris, ne t’arrête que pour pleurer.

<br />
Saint-Denis, 21 novembre 1998<br />


Poème posté le 01/11/09


 Poète
Didier Viaud



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.