Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / GUERRE / Peuple assassiné

              
Thème du mois / Tous les thèmes / GUERRE / Peuple assassiné

         
Thème du mois / Tous les thèmes / GUERRE / Peuple assassiné

Peuple assassiné
par Bea


Ô peuple qu’on assassine Dans la nuit du monde J’ai mal à ton flanc transpercé A ce flot de sang qui se déverse Du sommet de tes plus hautes montagnes Le cri sorti de ta bouche Quand la balle ouvrit ta peau Comme un drapeau qu’on déchire Hurle entre ciel et terre et hurlera encore Jusqu’à la fin des temps Je vois le canon de l’arme Tournée vers toi Et de sa gueule béante Jaillir ta mort, ô fils de la paix, ta victoire, Qui résonne jusqu’aux extrémités de l’univers Je vois les regards arrêtés La stupeur qui fige l’instant En une éternité d’horreur Je vois ta main ensanglantée Qui palpite comme l’oiseau abattu Je vois le monde armé contre les innocents Ton corps laissé mourant dans une geôle infâme Je vois la main du bourreau Encore rouge du massacre Claquant la porte de ton cercueil si chaud Peuple qu’on assassine, mon frère, ma douleur La balle qu’on a tirée sur toi Est venue se loger dans mon âme Et je ne veux pas qu’on l’ôte Je veux la porter comme une oriflamme Devant moi chaque jour de ma vie Que se lèvent les poètes et les larmes mots Que les violons se mettent à pleurer Et toi, Ô peintre, trempe ton pinceau Au sang de l’homme gisant Dans une flaque rouge Que l’horizon lui-même Se teinte de la pourpre moirée Du fleuve des martyrs Et des orphelins Qui emporte dans sa houle Le cri mort né de la douceur Et de l’amour



Poème posté le 18/03/10


 Poète
Bea



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.