Accueil

Vincent
par Louis Vibauver


Fidèle à son tragique destin, Sa courte vie s'écrit en dessins Il choisit de peindre des paysages Et des autoportraits dévoilent ses visages Ses toiles illuminent tant de tourments Qu'il est un des phares de l'art flamand Dans sa quête éperdue d'identité Théo reste toujours à ses côtés. De Bruxelles à Paris en passant par Anvers, Sa palette s'éclaircit et trouve la lumière. Il peint comme on respire pour rester en vie Son chevalet et son pinceau sont sa survie Dans la frénésie, l'exaltation Il peint les champs de blé et les moissons, Les arbres torsadés comme des langues de feu; Il trouve ce jaune étincelant sur le bleu. De Monticelli à Gauguin en Provence Naissent les couleurs vives de sa violence; Arles, les Saint's Maries de la mer Ont offert leurs cadres à ce visionnaire. Du "Pont de Langlois" au "Café de nuit" Sa peinture, ses tableaux restent toute sa vie: Mieux qu'à Montmartre, dans le midi de la France Il torture par ses couteaux sa conscience. Ses toiles décrochent les étoiles aux nuits Comme pour s'éloigner de cette folie, Il fait siffler les arbres, capture le vent Et les tournesols s'ouvrent tout grand. Les tempêtes sont sous le joug de sa passion Et bouleversé, il perd jusqu'à la raison. Au fond de son asile, solitaire Ses amitiés déçues, sont bien trop éphémères Se coupant l'oreille comme un fou, Il se sépare de nous Il nous a laissé sa lumière Pour nous éclairer sur la terre Sur la terre, Sur la terre.

Pardonnez le métrage du texte qui n'a fait qu'épouser une ligne mélodique déterminée. Il a fallu pour cela que je rectifie avec le compositeur J-J Zindo bien des vers pour qu'il s'agisse ici d'une pièce co-écrite.

Poème posté le 03/05/10


 Poète
Louis Vibauver



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.