Accueil

Ocre
par Joelkerdraon


Il me vient, D’un Passé , Un rêve Allongé Sur la Pierre, Couvrant Le roc de Signes à L’ ocre rouge. De l’extrême tension De mes yeux fatigués, Il me vient, D’un Passé , Un rêve Allongé Sur la Pierre, Couvrant Le roc de Signes à L’ ocre rouge. De l’extrême tension De mes yeux fatigués, Eclairés d’une o flamme, Et mes mains engourdies. De cette pierre confuse naissait la vie. Les bombés du rocher à la douce lueur Vacillaient sous la course des cervidés, Tremblaient sous la charge des bisons. J ’étais les mains de l ’esprit Le destin, le passé prisonnier, De la matière Jusqu’à la fin Du Temps. Eclairés d’une flamme, Et mes mains engourdies. De cette pierre confuse naissait la vie. Les bombés du rocher à la douce lueur Vacillaient sous la course des cervidés, Tremblaient sous la charge des bisons. J ’étais les mains de l ’esprit Le destin, le passé prisonnier, De la matière Jusqu’à la fin Du Temps.

Extraits du recueil "Les Cités de verre"

Poème posté le 04/05/10


 Poète
Joelkerdraon



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.