Accueil
Poésie libre / Dantesque
Poésie libre / Dantesque
Poésie libre / Dantesque

Dantesque
par L_ Alb_Atroce___


Dantesque __________ Obscurité noirceur au monde souterain Charnier glauque aspiré par l'antre de vos lèvres Extirpé d'une chair que l'âme vit soudain Dans sa ténébrité s'ouvrir comme en un rêve Salives à l'orée de vos clausturations Miames bu cent fois au paien bénitier Florilèges noircis génocide à moitié Troué d'azur transit en fin d'acceptation Ventre éventré horreur sang rate foie viscères Cramoisi mutilé d'un corpus amoindri Venins voués au vent d'un sanglant paradis Globes décharnés tant que vos tyrans l'espèrent Ossature mutante chevelure grise Tremblants Pourtours des oreillers une froide âme S'agite ici vos doux cils morts n'auront des flammes Qu'un outrage puant dont l'or s'immobilise Bouts de pleurs Eden chut de vos spendeurs furtives Vomitif ordurier toujours inavouable Floraisons en un styx qui ne se joint au diable Qu'après avoir séchés vos fientes compulsives Sainte guerre outrageant l'amocellement d'os Et de peaux triturées orgasmes séculaires Préambules grossiers intermolléculaires Gisants de vos égoûts tel un espéranto Horrible amphithéatre au périmètre teint De pourpre mauve et noir vouant Sparte l'impure A l'odeur d'un tombeau qui s'érige d'un mur Décrépit sous l'assaut de vos flots plébéens Orgueil racine molle aux pluies des corbillards Allumés dans l'horreur de l'obscène ornement Gisants retorturés d'enfer empierrement A tous vos éphèmères et royaux regards Vortex atomisé vos membres à cracher Eructant salivant le germe virtuose Mis bas d'un monde éteint ossuaire des roses Sorgues de songes lourds en maux recommencés Bave acide néant cloué d'oripeaux froids De crachats traversés d'odieux glaires immondes Aux faces du miroir hideusement le monde De lents ennuis sur vous fané refleurira Langue carnage vieux à saigner dans l'instant Mourir mourir vidé de votre sève extase Ecrin de vermisseaux putrides qu'on écrase D'un pied rongé cousu d'un pourpre inélégant Déluge de tourments martyrs non révérés Lamentables bourreaux qu'épousent les ténèbres Abjuration d'erreurs énarque vos vertèbres Ne sont ici je crains que sacrum outragé Berceau de salatés à travers vos empires Artères misent à mal de l'aprêté d'un baume Monstre vidant toujours ses lésions athéromes Rebues de l'abattoir né d'un dernier soupir Ame infecte atroce être un insecte vous sert De monarque démiurge évanoui déchu Semblable a l'abandon qui n'a plus réouvert Qu'un choléra gluant dont votre aube est pourvue Suprème sauveur ceint d'une larme nécrose Venue rouler sa peau sous l'oeil hardi d'un ange Où s'éveille une église armée de quelques proses A triturer parfois vos ablutions étranges Golgotha pourfendu de vos crânes à taire Arthritiques poisons de l'amer outrancier Sénacles instinctus bestialis oh bréviaire Ad majorem noctes lu de vos suppliciés



Poème posté le 02/01/16


 Poète
L_ Alb_Atroce___



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.