Accueil
Poésie libre / Aubade
              
Poésie libre / Aubade
         
Poésie libre / Aubade

Aubade
par Banniange


Voici venir le joli printemps, Et chaque fleur, sur sa tige, Exhale des parfums capiteux, Langoureux vertige ! Maîtresses et courtisans se prêtent des serments, Les fées dorées, les faunes buissonnants adorent le Dieu Pan. Voici venir l'été éclatant Où chaque calice vibre, Exalte le coeur pur des amants, Délicieux vertige ! Maîtresses et courtisans consacrent leurs serments, Les fées dorées, les faunes buissonnants poursuivent le Dieu Pan. Il court, il court l'automne oppressant Où chaque fleur s'afflige, S'abîme dans un vaste néant, Périlleux vertige ! Maîtresses et courtisans questionnent leurs serments, Les fées fanées, les faunes effeuillés consolent le Dieu Pan. Il règne, il règne l'hiver terrifiant Où chaque fleur se fige, Durcit le rêve mort des amants, Funeste vertige ! Maîtresses et courtisans ont scellé leurs serments, Les fées fanées, les faunes effeuillés pleurent le Dieu Pan. Voici venir un autre printemps Et de nouvelles tiges, Les coeurs conquis ont chassé les vieux chants, L'oubli nous fait revivre.

Librement inspiré du poème "Harmonie du soir" de Charles Baudelaire.

Poème posté le 02/03/16


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.