Accueil
Poésie libre / Maléfice
           
Poésie libre / Maléfice
       
Poésie libre / Maléfice

Maléfice
par Salus

Highslide JS
par Mayor

huile Mayor


Maléfice Comme à mes strophes - c’est étrange, Elle est - mon ange – en outre étanche, Je rimais pendant son dormir, Sentant mon esprit raffermir De la voir tant abandonnée A sa nocturne randonnée ; Et je lui murmurais mes vers, Façonnant de rêves pervers D’emblée adoubés par Morphée, Les nuits du sommeil de ma fée ! C’est dans ce beau repos si pur Que se recompose un futur Fait de songes imaginaires Et de sons joliment binaires. (Belle, ton cerveau t’asservit, Au matin quelque écho survit…) Et je bénissais l’insomnie Quand jusqu'à l’aube que l’on nie Je susurrais d’alexandrins ! Là ma lèvre, au ras de ses reins Articulait la rime plate ; En remontant sous l’omoplate Je la sentais qui frissonnait Au second tercet d’un sonnet Et j’ai parfois manqué de souffle, Pensant : peut-être, elle camoufle ? Comme elle miaule à peine et geint Pile où la clausule survient ! Mais son haleine retrouvée Dit sa divagation couvée Par l’esprit d’un abandon vrai, La seule ombre où je me mouvrai ! * * Gorgée un jour des ambroisies, Empoisonnée aux poésies, Tu me dirais, l’œil mi-rêveur Des triolets pleins de ferveur Qui me laisseraient bouche bée Par leurs reflets de scarabée ! Tu t’émerveillerais d’un rien ; Joignant le geste épicurien A la parole équilibrée, Jusqu’à ce qu’un instant se crée ! Tu pourrais me rendre jaloux - Car l’homme est un troupeau de loups - Si tantôt, trop belle et trop bonne, Tu refleuris avec l’automne ! * * … Ses mots mystérieux sont exacts, Dépourvus de tous artefacts ; C’est de l’eau de boue et de crue Et l’eau d’une topaze écrue ; Son rouge et son or sont tisons, Elle en peint les avalaisons, Et si la patte est un peu mienne, Vrai, sa nuance est magicienne ! Dès lors meilleure que Sappho, S’est fait poète tout de go, Inspirée, aux charmes sans nombre, L’artiste qui me fâche et m’ombre Par sa tranquillité des mots, Les sons, leurs sens et les rameaux De son génie insupportable, - Pour moi, le dindon de la fable !



Poème posté le 06/03/16


 Poète
Salus



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)




 Illustrateur
Mayor



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'illustrateur (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.