Accueil
Poésie libre / Le blues du politiquement correct
              
Poésie libre / Le blues du politiquement correct
         
Poésie libre / Le blues du politiquement correct

Le blues du politiquement correct
par Banniange


Il est un nouveau poison Qu’on distribue à foison Dans les grands salons feutrés Et même sur les marchés, Tous encensent la potion Qui enfin nous rendra cons. C’est le politiquement correct Qui nous fait valser sur des sornettes, Ne casse pas d’œufs pour l’omelette, Nous comble de belles andouillettes. Des techniciennes de surfaces Peuvent s’esbaudir dans la crasse, Les mal-voyants sont consternés De ne pas voir le bout de leurs pieds, Le malentendant, tout ouïe, N’y entend rien quand il jouit. C’est le politiquement correct Qui nous fournit en bonnes bluettes, Se trémousse au son des castagnettes, Va jusqu à taquiner nos roupettes. Les débiles sont oligophrènes, Les gauchistes, des schizophrènes, On ajuste tous les effectifs Qui sans boulot s’arrachent les tifs, Quant aux dommages collatéraux On les retrouve dans les caveaux. C’est le politiquement correct, Le miroir fêlé aux alouettes, Si on glisse sur la savonnette, C’est qu’on ne fait pas de pirouettes. Les gens du voyage partent loin, Sur des rails, coincés entre deux trains Et l’ingérence humanitaire Se tape, hardie, quelques moukères, Les quartiers sensibles au Kärcher Nettoient leurs plaies avec de l‘éther. C’est le politiquement correct Qui sent la crotte avec des pincettes, Qui tourne comme une girouette, Et finit par nous conter fleurette. Les ouvriers si spécialisés Cherchent encore leurs spécialités Et tous nos seniors confirmés S’étouffent en mâchant leur dentier, Il reste nos hôtesses de caisse Qui piquent du nez, sur leurs fesses. C’est le politiquement correct Qui nous offre un monde sans stress, Même si des millions de SOS Retentissent jusqu’à l’Everest. Je dois bien sûr les remercier, Ces experts du poil à gratter, Pour le prurit qu’ils m’ont donné Et qui ne cesse de m’irriter. Dès lors pour retrouver le moral, Je me suis inscrit à la chorale Où à tue-tête je chante, bancal, Dans une atmosphère bien anale : « C’est le politiquement correct Qui nous abrutit sans anisette Et bientôt comme de pauvres bêtes, On se reniflera…la moquette ? ».



Poème posté le 01/06/16


 Poète
Banniange



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.