Accueil
Thème du mois / Tous les thèmes / MONTAGNE / Je vous porterai toujours à l'aile de mes chevilles

Thème du mois / Tous les thèmes / MONTAGNE / Je vous porterai toujours à l'aile de mes chevilles

Thème du mois / Tous les thèmes / MONTAGNE / Je vous porterai toujours à l'aile de mes chevilles

Je vous porterai toujours à l'aile de mes chevilles
par Vespertilion

Highslide JS
par Vespertilion


La nuit accroche encore son écharpe aux piémonts Quand les ciseaux du jour découpent haut l’horizon Sur les Aiguilles d’Ouest s’empreint la lèvre pourpre C’est l’heure de m’encourir pour tutoyer le ciel Je dénoue les lacets d’un chemin muletier Entre les hauts piliers de mélèzes et d’arolles Glisse la robe de brume de l’aube aux jambes nues Le sanglot d’un torrent s’avive dans la combe J’allège chaque foulée et je retiens mon souffle La lyre d’un tétras transverse l’orgue des rayons Une harde de bouquetins broute les myrtilliers Je respire l’air sauvage et je deviens naseaux Un lys martagon m’offre son baiser rose J’étanche à sa corolle ma succulente soif Le pas vif de mon cœur surplombe la forêt Le balcon de l’alpage s’ouvre sur pierre nue L’horizon s’est frangé de hauts rangs de dentelle Sept vallées ont bleuit au compas de mon oeil Mais je reviens ici aux veines mêmes du roc Où les griffes du glacier viennent racler leurs crocs Sous son pelage d’ours sale, il couve un feu d’opale Il roule son cœur brûlé dans les bris de séracs Jusqu’au chaos rupestre d’abrasions vomies Une paupière de moraine s’ouvre sur l’azur d’un lac Il me reste à gravir l’ubac d’un glacis sombre Où signe l’edelweiss sous la grêle du vent Et ces combes de neige ignorées du soleil Dans les cris perçants d’une marmotte aux aguets .../... Des sabots de chamois martèlent la paroi Leur robe fauve se fond aux arêtes de granite Tout un troupeau déboule sur une étroite vire L’instant me les ravit à la croupe d’un surplomb Le sentier vient se perdre au bout de la pierraille A chaque tête de roche se mâchoire un filon La montagne offre ici les joyaux de ses macles Mes doigts s’y écorchent et mon sang est grenat Je passe le dernier cairn et quitte le cône d’ombre Je gagne la haute route qui trace par le col La pierre a disparu sous la neige pérenne Je monte le névé où la lumière est reine .../... La pente se durcit, chaque pas coûte à mon cœur Je peux calmer mon sang et renouer mon souffle Je peux lâcher ici le lest de mes querelles Mon âme a-t-elle masse d’un grain d’argile au vent ? Le col s’est allongé sur les cristaux d’un cirque Chaque aiguille de granite rutile au Grand Bleu Mes pas suivent l’empreinte ouverte d’une cordée Et je me pose enfin aux Prémisses du Ciel… Dômes de la Vanoise, Dentelles du Haut-Valais Aiguilles de Chamonix, Mont Blanc, Mont Rose Feu natif qui couve aux flancs des Virungas Et la plus haute vague de l’océan Pamir Je vous porterai toujours à l’aile de mes chevilles !

En souvenirs d'heures vives à user mes souliers sur les pierres à travers la Vanoise, le Haut Valais, Chamonix mais aussi la chaîne des volcans Virungas( Congo - Afrique de l'Est)et au Pamir (Tadjikistan)...

Poème posté le 03/01/11


 Poète ,
 Illustrateur
Vespertilion



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)






.