Accueil
Poésie libre / Complainte
Poésie libre / Complainte
Poésie libre / Complainte

Complainte
par Claudel


Là, sur ma guitare espagnole au son Andalou, je gratte De mes doigts ailés la triste chanson D'une flamme ingrate : «Ton souffle embaumait au gré de mon âme Les rares parfums Qui me rappelaient trop bien, chère dame, Notre amour défunt… On se murmurait de nos voix hantées, Près de nos oreilles, Les mots qu'il faut taire et les maux teintés De nos sangs vermeils.» Et sur ma guitare espagnole au son Andalou, je gratte Toujours de mes doigts la triste chanson D'une flamme ingrate. Quel destin criard, choquant, que diable; N'avions-nous pas droit Nous aussi de cet amour enviable? Ou, je ne sais quoi : «Survolant enfin de mes doigts ailés Ton corsage oblong Je caressais les courbes effilées De tes mamelons… Ton souffle embaumait au gré de mon âme Les rares parfums Qui me rappelaient trop bien, chère dame, Notre amour défunt.» Ce poème est dans un recueil; pour voir les détails, allez sur ce lien : www.edilivre.com/catalog/product/view/id/861497/s/romances-sans-notes-27b41710c1/category/1566/#.WcLlsIWcHIU Tous droits réservés © Claude Lachapelle / juillet 2016



Poème posté le 25/07/16


 Poète
Claudel



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.