Accueil
              
         

Amande amère
par Frankvassal


Le drap froissé de nous, dessine avec pudeur La gracile harmonie de ton corps juvénile Et mon doigt replié caresse avec langueur Ton visage de femme à la douceur subtile. Je te regarde… J’ai oublié ce soir ta modeste vingtaine J’ai dansé sur ton corps, j’ai mordu dans ta chair Et soufflant dans ton cou des mots doux et obscènes Je me suis déchiré en glissant sur mon erre. Ça me regarde… J’entends, ma Lolita ces bouches anonymes Chuchoter dans mon dos quand nos lèvres s’empressent Je sens, petite Amande tous ces regards infimes Qui vite se détournent quand ta main me caresse. On nous regarde… Je me sens bien ce soir, si parfaitement mâle Il y a une heure à peine je sortais de chez toi. Je remonte les quais, la Seine m’est égale- Elle coule sans génie-Tu n’aimeras que moi. Si tu me gardes…



Poème posté le 04/04/11


 Poète
Frankvassal



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.