Accueil

Jeanne
par Poesie101


I La rivière entamait sa plainte quotidienne... Moi, je venais la voir pour vaincre mon ennui Tant je suis solitaire au clair-obscur qui luit; Amoureux, suis-je donc de cette douce Indienne? Elle était si sonore... et voulant qu’elle amène Après flux et reflux, mon humeur en la nuit, J’écrivais, cependant, mes Amours dont le fruit Si beau, si prononcé, fut le cœur de ma Reine... Assise en robe, Jeanne, ainsi s’appelait-elle Dévêtait sa poitrine, intensément fidèle Se laissant pénétrer par d’autres, au matin... Goutte à goutte, ils prenaient ma place devant l’onde; Et mon pleur disparut; plus rien ne m’y retint; Hélas! je fus l’enfant le plus heureux du monde!... II J’ai voulu cette fille intelligente et belle À la maturité de femmes d’âge d’or; Sylphide mulâtresse où son cheveu s’endort Dans un vent de velours parfumant notre ombelle. C’est à cette amitié, dont l’unique étincelle, Mariage évanescent de mélodie au cor Et de complicité de cette essence encor Fragile, qui marquait notre union fidèle; C’est étrange, toujours, d’aimer autre que soi; Se savoir désirable au point d’être en émoi, Et de faire l’amour épris de nos menottes; Entends-tu mon cœur battre? Ou bien est-ce le tien? Bizarre... tellement qu'en pressant sur ton sein Je ne puis voir flétrir ta bouche et tes quenottes...



Poème posté le 23/04/11


 Poète
Poesie101



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.