Accueil

Premier amour
par Jim


Et tu ne riras plus à mes calembredaines Ne fulmineras plus à mes colères vaines Est bien fini le temps des crêpes quand je m’en Venais enfant de mon école promenant Plus jamais ne critiqueras mon pantalon Troué ni mes genoux écorchés qui si long En disaient dessus mes épopées écolières J’ignorais exister la route traversière Patiente tu fus là pour moi évidemment L’évidence est un trou sale trou qui nous ment Quand ta présence seule tuait l’évidence Le pays des caresses t’a ouvert ses bras Ce pays dont la vie à payer est l’octroi Mamy est envolée là où les larmes dansent.



Poème posté le 13/05/11


 Poète
Jim



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.