Accueil

Promenade
par Poesie101


J’ai promené la nuit au détour de mes yeux, Et comme un pauvre éphèbe, elle s’en est allée Au sortir des griffons qui frissonnent d’emblée Doucement le gazon et lourd et gracieux; Je la vois recéler, son secret par les cieux, Mouvants, mais sans penser, distrait, à la volée, J’ai promené la nuit au détour de mes yeux, Et comme un pauvre éphèbe, elle s’en est allée; En le bruissement de son chant merveilleux, Je m’en suis accroché — musique endiablée! — Le long de ma prunelle, onde quasi sablée; À travers la blancheur, à travers tous les gueux, J’ai promené la nuit au détour de mes yeux, Et comme un pauvre éphèbe, elle s’en est allée! Premier Sonnetin En Alexandrins



Poème posté le 14/08/11


 Poète
Poesie101



Sa carte de visite Cliquez ici pour accéder à la carte de visite de l'artiste (Sa présentation et l'ensemble des ses créations)





.